accueil > activités > alpinisme > Alpinisme, carnet de voyage
 


Commet se passe un séjour d'alpinisme ?
Quel est la réalité vraie du déroulement au delà des belles phrases des présentations commerciales ?
Quelles courses ?
Quel enseignement, quel contenu ?

Autant de questions dont les réponses peuvent se trouver dans ces comptes rendus de mon quotidien ordinaire de Guide de Haute Montagne et d'enseignant d'alpinisme.
En n'oubliant pas que chaque séjour est original, avec une alchimie particulière.

Le compte rendu des différents séjours d'alpinisme...

  • 1er stage, du 18 au 23 juin 2006.

Le tout premier stage...


Les sommets de la Meije depuis le Refuge de l'Aigle, avec le Grand Pic à droite et le Doigt de Dieu à gauche

Juin 2006… début de l’été et 1er stage d’alpinisme …
Un peu d’inquiétude aussi !
Une formule toute nouvelle laissant beaucoup de place aux participants avec un programme « à la carte » pour s’adapter aux motivations et aux niveaux de chacun, tout en se calant au plus près de la réalité météo.

  • Pour être au bon endroit.
  • Choisir la course optimum pour les uns comme pour les autres.
  • Construire un enseignement individualisé.

Pour cette 1ère semaine, la météo nous joue des tours.
Iso très haut à plus de 4000m et des orages le soir.
Il nous faut donc monter le plus haut possible pour être dans la neige et pouvoir réaliser quelques courses dans une ambiance glaciaire.

 

Le groupe est plutôt restreint et c’est très bien : 4 personnes + moi.
Jean Louis, Loïc, Jérôme & Samuel


Devant le refuge de l'Aigle, avant de descendre en vallée.
Oui, il ne fait pas très beau.

Le choix d’un programme de stage, directement dans le vif du sujet à l’apéro du dimanche soir.
Loïc a déjà été au Glacier Blanc et Jérôme souhaite allé à La Pilatte en fin de séjour… Ce choix est plutôt restreint surtout que le téléphérique n’ouvre que mercredi.
Tout le monde semble en pleine forme et entraîné, nous partirons donc pour le Refuge de l’Aigle pour profité d’une belle 1ere journée en faisant déjà une véritable course en montagne avec de la neige, des rochers faciles et un glacier. OUF !!!
Mais tout se passera bien, malgré l’effort important et un parcours très exigeant .


Une vue du refuge en remontant le Glacier de l'Homme.
L'Aigle, monument classé ou simple cabane de chantier obsolète ?

La fée du logis... Jeannot Faure, Himself !
Une bouffe top de classe, une poigne de fer et un humour décapant !
Dis, Jean, On pourrait te cloner pour Adèle !!!

 


A l'arrivée, un bout de banc, une table et déjà on picole... Nous y seront très peu nombreux grâce à la météo catastrophique.
Un très bon séjour, rare...

La montée à l'Aigle...


Les névés un peu raides pour rejoindre la petite arête en rocher du Col du Bec à 3065 m.


Jean Louis, juste sur l'arête au dessus du Glacier du Tabuchet, tout en bas La Grave. "Il est barjot ce guide..."

 


Sur la Vire Amieux, du nom d'un ancien, guide à La Grave, qui a découvert ce passage alors qu'il était berger du côté des Plates du Bec.
C'est la fin des cables, il va falloir maintenant prendre pied sur le glacier.

La cordée de choc... Tiens, la corde est pas très tendue pour la photo !
On devine le passage de la vire en dessous dans les rochers.

 


Au dessus du refuge, qui se cache juste sur la petite bosse de rocher en bas du glacier.

 

Les réalisations...


Mardi :
temps médiocre le matin et bien sûr pas de regel nocturne. Nous irons à la Tête des Corridors par le Glacier de l’Homme pour aborder les techniques du terrain glaciaire. A la descente, une balade dans le glacier sous le refuge pour faire la trace dans les crevasses et les séracs… Grandiose.


Jean Louis sort de la crevasse, tiré par samuel et Loïc, derrière, en profite pour une photo compromettante.
Pas de doute, tout le monde retiendra la leçon. Glacier = encordement long !

 

Mercredi,
mauvais temps et neige, puis éclaircies…
Je souhaitais descendre le Glacier de l’Homme pour une grande journée dans le monde des glaciers, mais la météo nous oblige a changer d’idée.
La Meije Orientale étant un peu trop complexe pour l’expérience du groupe, nous retournerons à la Tête des Corridors mais par l’arête Nord. Une belle arête de neige, avec quelques longueurs à réaliser et une longue descente dans la vallée. Un vrai enseignement sur la progression en neige et glace.
Retour à la maison, douche et repos bien mérité pour tous.
La montée à l’Aigle laissera des séquelles et Jean Louis préfère en rester là. Donc pour cette 1ère partie... pas vraiment un bon choix de ma part et la difficulté de trouver un projet pour tous ! Vraiment pas facile mais surtout très intéressant car au cœur de notre activité.


Petit matin blafard dans la 1ère pente du col sur l'Arête Nord de La Tête des Corridors. C'est déjà un peu "pentu" !


Et l'arrivée au col de Loïc et Jérôme, après deux longueurs de corde.

 

Dans la grande pente qui mene au sommet.
La glace n'est pas loin, nous ferons donc des longueurs et des relais
.

Une arête très esthétique pour les 1er pas de loïc en tête de cordée...


... content, le gaillard !

 


L'arrivée de Jean Louis et Samuel au sommet.

 

 

Jeudi :
matinée plus relax pour se préparer à montée au Refuge de La Selle, puis transfert pour Saint Christophe et manip de voiture à La Bérarde pour faciliter la traversée du lendemain vers le Vallon des Etançons.
L’après midi : « Tous ce que vous avez toujours voulu savoir sur les glaciers et les crevasses… 1er épisode ».
Un petit topo très simple sur les problèmes de progression et de sauvetage en crevasses.
Bientôt en ligne sur le site...


Un refuge parfaitement intégré dans le site... !
Mais heureusement, la salle de séjour est confortable et l'accueil super.

Vendredi :
grand beau temps et une superbe course à l’Arête Sud du Râteau Est.
Une ascension dont la cotation c’est modifié avec le temps, maintenant plutôt III/PD à la place du F habituel.
A la descente, la traversée de la Brèche du Râteau pour plus de 1000m de descente dans un grand couloir de neige, nous offrira des ramasses d’enfer, avec juste un petit passage plus tendu déjà déneigé.
Une journée exceptionnelle !

Après l'approche sur le glacier le premier passage en rocher
qui permet de rejoindre la Brèche du Râteau.
Rien de bien méchant et la cordée de Jérôme s'en sortira à merveille.
Mais j'imagine le binz en plein embouteillage !

 

Dans les grandes pentes de neige après le parcours en rocher...
Une course très complète où il faut en plus tenir un horaire.

La dernière bosse de neige au soleil levant, le sommet est sur la gauche...

 


Le sommet, juste à côté... et le plaisir d'être seul en montagne.
C 'est vraiment trop top le mois de juin.


Un petit passage technique, surtout à la descente. Mais, il faut juste bien assurer.


L'arrivée au sommet, en crampons sur le rocher pour faire plus sérieux..


Et les premières conclusions…
Attention au démarrage ! et au choix des premières courses…
Pour l’année prochaine, je ferais des séjours « Spécial Découverte » pour privilégier une approche vraiment douce pour « Les 1er Pas » en alpinisme.
Avec comme programme type : trois jours au Glacier Blanc avec la Roche Faurio, au Refuge de la Pilatte avec le Gioberney et les Pointes de la Pilatte, ou encore une traversée de La Grave à La Bérarde par La Tête du Replat.
Les idées de course ne manquent pas !

Pour la durée des séjours…
une journée de plus est peut être préférable pour avoir plus de temps en montagne sans être pressé et profiter pleinement des montées en refuge des Ecrins.
Mais aussi, pouvoir faire une matinée de break en milieu de semaine…

Et surtout …
Pour moi, c’est une formule géniale et très riche d’échanges. Mais aussi vraiment exigeante pour réussir à bien choisir la course idéale, avec un déroulement optimum et serein de la semaine.

Les topos des courses et les refuges des Ecrins...


Pour pouvoir plus facilement construire le déroulement des séjours d'alpinisme avec des informations complètes et actualisés...
C'est une page spéciale :
"Topos & refuges des Ecrins"

Alpinisme | Ski Rando | Cascade | Expés | Contactez-nous