accueil > activités > alpinisme >Au fil des 4000, La Barre des Ecrins
 

Au fil des 4000
Alpinisme "Plaisir" à la Barre des Ecrins

En quelques jours, voici un condensé de ce que les Alpes peuvent vous offrir de plus merveilleux.
Une lente montée en refuge, la découverte des glaciers et l'arrivée au sommet en même temps que le soleil à l'horizon, en avant première d'une belle journée d'été.

4000 le plus au sud de l'arc alpin, La Barre des Ecrins est au coeur du massif.
Au sommet des Ecrins, on ne voit pas grand chose d’autre que des montagne à perte de vue… Une chance et un caractère bien particulier, lumineux et sauvage.

Le programme proposé s'attache à la fois à éclairer un versant peu connu du Dôme, et à trouver des terrains de haute montagne richent de situations variées et intéressantes.

Le programme.

Lundi :
Préparation, derniers achats et déplacement à La Bérarde, 1743 m.
Montée et nuit au refuge de Temple Ecrins, 2410 m.

Mardi :
Une course en aller-retour depuis le refuge pour reprendre contact avec la haute montagne, retrouver nos réflexes d’alpinistes et surtout prendre toute la mesure de ce versant sud-est du Dôme des Ecrins, très sauvage et peu fréquenté.
Par exemple, une course de neige vers le Flambeau des Ecrins, 3557m. c’est une voie Christian Almer, père & fils, avec Coolidge.
Nuit au refuge de Temple Ecrins, 2410 m.

Mercredi :
Le dôme de Ecrins par le versant sud de la Brêche Lory, AD, neige et rocher. Une voie historique de Pierre Gaspard avec Emmanuel Boileau de Castelneau en 1877.
Nous serons certainement seul dans la voie et au sommet.
Descente par la voie normale et nuit au refuge des Ecrins 3175 m.

Jeudi :
Une journée sous le signe de la neige et de la glace.
Le couloir sud de Roche Paillon, 3636m, et la traversée jusqu’au Col Emile Pic.
II/PD neige et parcours d’arête en rocher.
« A deux pas du refuge, dans la face sud de Roche Paillon, un beau couloir s’inscrit comme une ligne d’ascension évidente vers ce sommet ignoré des foules. »
Juste en face, nous avons aussi la possibilité d’entreprendre une course légèrement plus difficile : Le Couloir de Barre Noire. c'est le couloir nord-est à la Brêche des Ecrins, 3361 m. II/AD+ neige et glace.
Un très bel itinéraire qui pourrait même nous conduire par inadvertance au sommet de La Barre des Ecrins.
Nuit au refuge des Ecrins, 3175 m.

Vendredi :
La voie normale de La Barre des Ecrins… le 4000 le plus au sud des Alpes.
Une très belle course d’arête, technique sans être trop difficile, en bon rocher. A la descente, nous ferons même un petit détour au Pic Lory, antécime insignifiante mais troisième 4000 des Ecrins.
La descente sera un peu longue puisqu’il nous faudra rejoindre La Bérarde par le Col des Ecrins, concluant ainsi un magnifique voyage au pays des Ecrins.

Nombre de participants.
3 à 4 personnes.

Niveaux techniques.
Réalisation de courses de PD à AD, neige & glace et rocher, en haute montagne.
C’est un stage d’enseignement à l’alpinisme pour être plus à l’aise dans des courses de neige et sur des arêtes de niveau AD.
Une très bonne préparation pour des courses plus technique comme la traversée de La Meije.


Hébergement :
En refuges gardés du CAF

Nourriture :
En ½ pension en refuge. Il nous faudra prévoir nos vivre de midi et de course.

Rendez-vous :
Le dimanche soir entre 18 et 19 h directement « chez le guide » en ma maison des Hières.
Voici le plan

C'est une invitation à la maison, et c'est donc forcement gratuit.

Le prix.
Il se divise en deux parties…

  • L’hébergement et la nourriture, les frais de guide.
    c’est une caisse commune... organisée par les participants.
  • Les honoraires de guide.
    400 Euros à régler en chèque, la moitié à l’inscription et le solde le 1er jour du stage.

Les dates.
du dimanche 29 juin au vendredi 4 juillet 2008.

Pour s'inscrire.
C'est très simple, il faut s'inscrire en ligne puis m'envoyer un chèque d'accompte de la moitié des honoraires. Et hop, c'est fait !!!

 

Mes choix pédagogiques.
Pour moi, enseigner ou faire découvrir l’alpinisme, c’est avant tout réaliser une ascension, sans passer forcement beaucoup de temps à faire des gammes techniques au préalable.
C’est l’expression anglaise : « Learning by doing ».

Si l’alpinisme c’est réaliser des ascensions de sommets, le plaisir de faire doit être au cœur de ces réalisations.
Et c’est en portant attention à notre manière de faire que ce plaisir sera décuplé, dans tous les domaines. Que nous pourons véritablement "être"...
Pour cela, il faut déjà prendre le temps d’être attentif aux milles petits détails qui constituent la réalité de la préparation et de la réalisation d’une sortie en montagne.

L’alpinisme est aussi une activité sociale.
Nous faisons de la montagne ensemble, encordés. Et cette notion est loin d’être anodine, car en s’encordant chacun à un bout de la corde, c’est notre vie que nous confions à notre compagnon de cordée.
Cet acte mérite largement que nous lui accordions toute son importance.
« Faire ensemble » nécessite d’emblée de consacrer du temps à la définition du projet, avec de multiples questions…

Et puis, dans le feu de l’action, il s’agit surtout d’être en montagne, de s’immerger totalement dans ce milieu si particulier et si riche… en clair d’être poreux à tout ce qui nous entoure.
Savoir associer « être en montagne » et « faire de l’alpinisme », en ajustant judicieusement tous les détails permettant de vivre une ascension en toute sérénité.
La tache est immense mais tellement enrichissante qu’elle déborde forcément du simple cadre de l’alpinisme.

 

Et bien sûr, un dernier petit clin d'oeil à mes partenaires habituels
logo

avec : Triple Zero pour les duvets et les lunettes Adidas

logo

 




 

Alpinisme | Ski Rando | Cascade | Expés | Contactez-nous