"Au fil des 4000"
Les arêtes de Rochefort
la plus belle course d'arête des Alpes

accueil > activités > alpinisme >Au fil des 4000. Rochefort.

 

Dernière mise à jour, le samedi 6 février 2010

La Dent du Géant et les arêtes de Rochefort

Entre France et Italie, Val d’Aoste et Chamonix, les arêtes qui relient les Grandes Jorasses à la Dent du Géant composent un itinéraire somptueux ponctué de sommets emblématiques.
Cette année, nous allons inaugurer ce parcours par l’une des plus belles course d’arête des Alpes, la traversée des arêtes de Rochefort.
De la Dent du Géant à l’Aiguille de Rochefort, il s’agit d’un exercice de funambule extrêmement aérien et exposé qui exige une attention de tous les instants et un pas très sûr pour apprécier l’esthétique délicate des corniches finement ourlées et d’un abîme qui se creuse infiniment.
C’est une course à n’entreprendre que par bonnes conditions : une bonne trace, pas de glace, une météo clémente et sans vent. L’altitude est aussi un facteur a ne pas sous-estimé et nous débuterons notre séjour par une (ou deux) course en aller-retour depuis le refuge de Torino.

La traversée de l’Aiguille d’Entrève est un bel objectif qui nous obligera à être pertinent dans notre usage de la corde. Le couloir Gervasutti à Tour Ronde est aussi très intéressant par l’aisance en neige qu’il faut mettre en œuvre et par la complexité de la descente jusqu’au col de Freshfield. Quelques couloirs dans la Combe Maudite peuvent être le prétexte à des escapades en altitude pour pratiquer les techniques d’escalade en neige et glace.
Bref, le choix ne manque pas pour se « mettre en jambe » et vivre intensément et en conscience ces expériences d’alpinisme.

Nous essayerons aussi de trouver le meilleur créneau pour  bien vivre un bivouac au pied de la Dent du Géant. Une manière de donner encore plus de sens esthétique à notre séjour en ces hauts lieux.
Mais aussi pour prendre tout notre temps pour gravir cet incroyable monolithe gargantuesque « by fair means ». Il nous faudra simplement faire un effort pour éviter les cordes fixes qui, pour moi, sont une injure au sens profond de l’alpinisme. Mais bon… C’est ainsi !
Ce bivouac sera aussi un apprentissage nécessaire pour envisager d’autres projets, avec la traversée des Grandes Jorasses en point de mire.

L’année prochaine, nous reprendrons ce même chemin pour traverser jusqu’au Col des Grandes Jorasses et au Bivouac Canzio.
Nous serons enfin prêt pour cette grande course…

Le point sur la difficulté :
"L'Aiguille de Rochefort : IV/AD ; "course d'arête neigeuse, aérienne et cornichée, en altitude. Accès et sommet mixte et rocheux.
La Dent du Géant : III/D, 4c maxi, escalade aérienne en altitude."
In "Sommet du Mont Blanc" de Jean-Louis Laroche et Florence Lelong, aux Editions Glénat.

Nombre de participants.
3 personnes. Soit 2 cordées de 2.
Bishal sera également avec nous, sous la houlette de Frank.

Niveau technique.
AD/D, en haute montagne.
C'est un séjour de réalisation de courses et d'enseignement de l'alpinisme.

Hébergement :
Petit hôtel à Chamonix, (dortoirs), au Refuge de Torino et en bivouac.

Nourriture :
En ½ pension en refuge.

Rendez-vous :
Le samedi 10 juillet 2010, en fin d'après-midi à Chamonix

Le prix.
Il se divise en deux parties…

  • L’hébergement et la nourriture, les frais de guide.
    c’est une caisse commune... organisée par les participants
  • Les honoraires de guide.
    400 Euros à régler en chèque, la moitié à l’inscription et le solde le 1er jour du stage.

Les dates.
Du samedi 10 au mercredi 14 juillet 2010.

Pour s'inscrire.
C'est très simple, il faut s'inscrire en ligne puis m'envoyer un chèque d'accompte de la moitié des honoraires.
Et hop, c'est fait !!!

Mes choix pédagogiques.
Pour moi, enseigner ou faire de l’alpinisme, c’est avant tout réaliser une ascension, sans passer forcement beaucoup de temps à faire des gammes techniques au préalable.
C’est l’expression anglaise : « Learning by doing ».

Si l’alpinisme c’est réaliser des ascensions de sommets, le plaisir de faire doit être au cœur de ces réalisations.
Et c’est en portant attention à notre manière de faire que ce plaisir sera décuplé, dans tous les domaines.
Pour cela, il faut déjà prendre le temps d’être attentif aux milles petits détails qui constituent la réalité de la préparation et de la réalisation d’une sortie en montagne.

L’alpinisme est aussi une activité sociale.
Nous faisons de la montagne ensemble, encordés. Et cette notion est loin d’être anodine, car en s’encordant chacun à un bout de la corde, c’est notre vie que nous confions à notre compagnon de cordée.
Cet acte mérite largement que nous lui accordions toute son importance.
« Faire ensemble » nécessite d’emblée de consacrer du temps à la définition du projet, avec de multiples questions…

Et puis, dans le feu de l’action, il s’agit aussi d’être en montagne, de s’immerger totalement dans ce milieu si particulier et si riche… en clair d’être poreux à tout ce qui nous entoure.
Savoir associer « être en montagne » et « faire de l’alpinisme », en ajustant judicieusement tous les détails permettant de vivre une ascension en toute sérénité.
La tache est immense mais tellement enrichissante qu’elle déborde forcément du simple cadre de l’alpinisme.
Paulo, mars 2008

 

Un petit clin d'oeil à mes partenaires
logo


Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal, les lunettes Adidas

logo

logo

 




 

Alpinisme | Ski Rando | Cascade | Expés | Contactez-nous