Cascade Grisons


> fermer la fenêtre



A l'attaque de la cascade Grison, Manu & Fabrice donne un peu l'échelle.
"D'en bas ça a pas l'air très folichon, mais en fait la suite de la cascade est cachée et tourne sur la gauche".
Là, on voit les deux premières longueurs, avec R1 à gauche, à hauteur du sommet du petit rognon.

1ère ascension :
Erik Decamp & Benoît Grison, fin décembre 1984.

Hauteur :
Environ 150 m.

Difficulté :
Cascade de quatre à cinq longueurs, II/ 4.
Du versant Nord, c’est la cascade la plus éloignée… avant « le mur de la tranquillité ».

Qualité de la glace :
C’est une très belle cascade de glace compacte, légèrement plus difficile que les « Larmes ».
A cause de la marche d’approche, la fréquentation y est plutôt faible.
La cascade est assez large, il est même possible d’y évoluer à deux cordées, de chaque coté, sans trop se gêner.
Le grand replat de la troisième longueur, un couloir de neige, limite la chute des glaçons s’il y a déjà des cordées dans les longueurs supérieures.
Le sommet de la dernière longueur est surprenant ! ça s’arrête pile …
C’est une cascade un peu encaissée et qui ne correspond pas à un couloir « collecteur » d’avalanches. Elle est donc peu exposée aux spindrifs ou aux coulées de neige récente (à l’inverse des « Hémos »).


Durant la descente avec Jérome et Karo.
A vec 60 ça passe directe du sommet à ce relais. Mais il est préférable de fractionner avec R4.


A la sortie !
Jérôme prèt pour la descente et Karo arrive de la fin de la goulotte. Mannu et fabrice sont à R4.


C'est bizarre cette cascade... elle s'arrête comme ça, d'un coup.
Peut être faudrait-il mettre un super relais un peu plus haut dans des dalles compactes, car celui-ci n'est vraiment pas confortable.

 

Equipement en place :

L’équipement est correct bien qu’ancien. Il mériterait d’être rénové.
Il y a des relais sur les deux côtés de la cascade, mais ceux du côté gauche en montant sont plus récents et plus pratiques.

Les deux derniers relais, celui juste à la sortie de la goulotte un peu raide, et celui du haut, dans un rocher bien fracturé...
Faudra bien un jour changer au moins celui du bas, car la plaquette inférieure est digne d'un musée.

 

Attention, la hauteur de neige peut rendre les relais introuvables, au début et à la fin de la pente de neige et surtout en fin de saison.

Mais oui, faut des bons yeux...

 

Accès :
Remonter le Vallon du Diable, dépasser « les Larmes du Chaos », puis le secteur « Houziers », repérer « Paradice », une fine goulotte et continuer encore un peu avant d’apercevoir la large coulée de glace de la Cascade Grison. Montez à vue.
2h à 3h depuis le parking.
Raquettes ou skis très utiles, car c’est un secteur encore peu fréquenté et souvent peu tracé.

Descentes :
En rappel dans la voie, en utilisant les relais de montée.


Jérôme dans la pente de neige médiane, très utile pour retenir les glaçons...
De R3 à R2.

Quelques conseils :
1…, c’est une très belle cascade dans un coin très sauvage du vallon du Diable.
« Elle se mérite » mais la longueur de la marche d’approche reste raisonnable en regard de son intérêt.
3…, deux cordées peuvent sans problème évoluer en parallèle, chacun sur un des côtés de la cascade.

Karo, Fabrice et jérôme à R2, Mannu termine sa longueur.
Je vais changer de rive pour mieux séparer les cordées. Fabrice pourra ainsi rester sur cette rive, avec les relais de descente et nous, de notre côté, nous ferons des relais sur broches.


Juste en face, il existe aussi des cascades non répertoriées qui peuvent faire de belles balades d'initiation loin des classiques.
Mais uniquement en début de saison et sans neige.

 

Avez-vous des remarques ou des suggestions pour ce topo ?
Un complément d'information ou une anecdote pour l'enrichir....
N'hésitez surtout pas à me contacter... par E-mail ou au 04 76 79 99 68.
Merci d'avance.

Avec le soutien de...


> fermer la fenêtre