La Colère du ciel


> fermer la fenêtre


 


Début janvier 2005, Il suffit de passer le pont..
Et avec Yannick, nous partirons dans l'après midi pour éviter un peu les autres cordées.
Depuis la Romanche, les ressauts de glace semblent bien haut..., mais ce n'est pas qu'une impression !

1ère ascension :
Godefroy Perroux avec Jean-Jacques Vidal le 11mars 1981.

Hauteur :
Environ 280 m.

Difficulté :
Cascade de 7 ou 8 longueurs, III/ 3+ à 4.
Cascade classique et énormément fréquentée.

Après la montée bien raide, voici le vrai départ de la cascade.

Mais non ! Pas le stalactite bien raide en face, ça c'est le départ direct de Diabolobite.
Qui ferait d'ailleurs une très belle longueur de mixte, si elle était équipée, car la glace touche rarement.

Pour nous... c'est de l'autre côté et c'est plutôt gentil comme démarrage.
Il y a aussi des relais à gauche, plus ou moins utile suivant la neige et les conditions.

Le conseil malin... ne laisser pas votre sac à dos ou vos bâtons à ce départ. Mais équipez-vous juste avant à l'arrivée de la trace de descente !

 

Qualité de la glace :
Avec sa marche d’approche raide et expéditive, ces 1ères longueurs faciles, les ressauts de vrai cascade tout en haut et la descente à pied, il serait plus juste de parler d’une véritable petite course d’alpinisme hivernale.
Pour les ressauts du haut, la glace est très compacte.
Sa durée de vie est extrêmement longue.
Par contre, attention à la nivologie en cas de chute de neige récente et importante.


Yannick sort du petit ressaut de L2... Fastoche !

Deux images des longueurs de glace du haut...
"Le passage clefs !", maiscomme il est très travaillé par les nombreux passages. Plus la peine de frapper, il suffit de crocheter dans les trous !
Le point rouge sur la photo de gauche indique le relais.
C'est R5.

 

Equipement en place :
Des arbres solides ont eu l'élégance de pousser au bord de la cascade.
Il y a souvent des anneaux de corde avec un maillon rapide autour de ceux qui sont le plus utilisés.
En complément, des relais sur goujons existent, là où c'est nécessaire.


Mannu arrive au 1er relais.
Mais en fait, il est plus judicieux pour lui de mettre un renvoi sur les cordelettes et de venir vers moi pour intaller son relais à un groupe de mélèze sur une plateforme plus confortable.

  • R1, arbre dans l'axe ou sur la droite.
  • R2, arbre à droite.
  • R3, goujons à droite.
  • R4, goujons à gauche.
  • R5, goujons à gauche sur une banquette. Relais bien protégé et très agréable.
  • R6, à la sortie du passage "clefs", toutes les générations d'équipement ! Relais à droite parfois un peu exposé.
    Si la glace est très cassante ou s'il y a des sangliers dans la longueur du dessus, vachez-vous long pour pouvoir vous protéger derrière l'arête !
  • R7, Le gros arbre du sommet.
Pas de doute, les relais sont solide. A gauche, R3, à droite l'arbre du sommet.
Mais en étant pointilleux, la cordelette entre les goujons ne sert pas vraiment de couplage, surtout que j'ai déjà vu une cordée intaller son rappel directement dessus et d'autres, ensuite, se vacher directement sur la cordelette.
Quitte à faire un équipement autant qu'il soit vraiment top... avec par exemple une chaine qui relie les deux points. Et on en parle plus !


Bien sûr, il est possible de "sauter" certains relais... ou d'en faire d'autres.

Accès :
La cascade est bien visible depuis la route.

Depuis le village des Fréaux, en se garant soit en bas à un petit parking sur la gauche, soit sur le bord de la route nationale.
Traverser le pont sur la Romanche et rejoindre le versant nord.

Puis, il suffit de monter !!!

Parfois, la trace louvoie dans la forêt, mais d'autres fois elle remonte directement le ruisseau !

Mettre les crampons depuis le bas, n'est alors ni inutile ni ridicule.

 

Descente :
Descente à pied à droite de la cascade directement depuis le dernier relais.
Ou, après un 1er rappel, depuis la banquette de neige de R6..
Si les pentes dans la forêt vous semblent un peu raides ou avec une neige qui "botte", n’hésitez pas à rester encordé à 8/10 m.

Quelques conseils :

  • Evitez absolument de descendre en rappel dans la cascade à cause du monde et des glaçons
  • C’est une cascade qui résiste très longtemps au réchauffement du printemps. Pour être vraiment tranquille, il est même possible de la gravir jusqu’en mars. Alors pourquoi s’y entasser en janvier ?
  • Pour la dernière longueur depuis la banquette de neige, il est possible de faire une variante un peu plus raide sur la gauche. Relais dans une grotte très esthétique. Puis la dernière longueur traverse légèrement pour rejoindre le relais classique de l’arbre.
  • Vous cherchez un lieu pour « travailler » l’enchaînement de longueurs ? C’est la cascade idéale.



Dans la deuxième longueur..., deux cordées en parallele qui ne se gênent pas vraiment.
Jérôme ira faire son relais à droite et Mannu à gauche...

 

Avez-vous des remarques ou des suggestions pour ce topo ?
Un complément d'information ou une anecdote pour l'enrichir....
N'hésitez surtout pas à me contacter... par E-mail ou au 04 76 79 99 68.
Merci d'avance.

Avec le soutien de...


> fermer la fenêtre