La 1ère expédition vers le Bhrikuti,
Par Claire et Bruno Kriner




> fermer la fenêtre

 

Je remercie tout particulièrement Claire et Bruno pour tous les moments passés ensemble à évoquer cette superbe expérience. Et un spécial Thanks à Bruno pour ces recherches sur les cartes.


2O ans plus tard, une nouvelle époustouflante…

Au cours de l’été 2006, nous rencontrons Paulo lors d’un stage sécurité sur glacier au pays de la Meije. Voilà 15 ans que nous ne nous sommes pas revus. Il a réalisé dernièrement l’ascension d’un sommet nommé Bhrikuti, et nous en sommes venus à parler de notre expédition de 1986 dans le Mustang alors interdit aux touristes et au cours de laquelle nous avions tenté de gravir le Bhrikuti par son éperon sud ouest.

S’agissait-il du même sommet ?
Nous en doutions fort car en aucun cas Paulo n’avait traversé le Mustang !
Qu’avions-nous alors essayé d’atteindre ? A l’époque, nous ne disposions que de maigres informations : les cartes étaient très imprécises, si ce n’est fausses, et nos sources pour l’itinéraire venaient d’une expédition japonaise qui avait réalisé le sommet plusieurs années auparavant ; nous n’avions  visionné leurs diapos que la veille du départ pour notre grande aventure et encore rapidement !


Tracassé par cette énigme, Bruno s’est donc plongé dans l’étude des cartes de Paulo (cartes au 1/50 millième réalisées par la Finlande pour le compte du Népal) pour tirer cette affaire au clair : avait-il 20 ans plus tôt taquiné les flancs du Bhrikuti oui ou non ?

Pour plus de précision, Bruno se plonge dans Google earth avec les coordonnées du Bhrikuti 28°53’37N, 84°13’04E et 6364 m calculées à partir de la carte et confirmées sur le site de la NMA (Nepal Mountain Association).
L’image aérienne délivrée ne correspond en rien à nos paysages.
Il part donc à la recherche de notre sommet en visionnant les alentours en 3D. Il finit par dénicher « La prise de vue », une paroi rocheuse surmontée d’un dôme neigeux, telle qu’observée à partir du col à 6200m,  qui va élucider le mystère.
Revenu à Google earth, Bruno se replonge sur la vue satellite, demande d’autres angles de vue et découvre que le sommet que nous croyions gravir n’était qu’une construction d’image. Il se situe bien loin derrière la chaîne Kumlun Himal – Bhrikuti. Il n’y a donc pas de plateau après la face gravie, avec le sommet plus loin au-dessus du plateau, tel qu’imaginé en 86 !
Le logiciel révèle pour ce sommet les coordonnées suivantes : 28°53’48N, 84°15’31E avec une altitude de 6880 m. Paulo pense alors qu’il s’agit du Lagula. Bruno est donc retourné sur le site népalais qui lui a révélé que ces coordonnées correspondent au Nepal Peak, 6899 m.
La paroi est indépendante du sommet neigeux qui semble la surplomber. Elle constitue en fait la face sud ouest du Kumlun Himal répertorié à 6365 m et située à l’ouest du Bhrikuti. Pour atteindre ce dernier, il nous aurait fallu suivre, après avoir remonté la paroi SW et atteint le Kumlun, la crête est-sud-est pendant 3 à 4 heures au moins, en jouant aux montagnes russes.

Bruno a donc approché le sommet du Kumlun Himal et non le Bhrikuti comme nous l’avons cru plus de 20 ans, mais qu’importe le nom de ce 6000, les plus beaux moments resteront à jamais gravé dans nos mémoires !
Claire Delval

Voici l'itinéraire de l'expédition organisé par Claude Jacoux en 1986 et reporté par Bruno sur les cartes finlandaise au 1/50 000.
C'est un itinéraire beaucoup plus court que celui des lacs du Damodar Kunda, mais par contre qui ne passe pas par Lo Manthang.

Voici la carte indiquant notre itinéraire (aller et
retour) de Kagbeni à Chuksang, ainsi que les villages visités
autour de Chuksang.
Ils portent tous un nom différent sur la carte,
alors qu'on nous avait indiqué à l'époque que les 7 villages alentours
(Chuksang compris) portaient le même nom. Je vois en particulier que le
village de l'autre coté de la Kali Gandaki s'appelle Chaile (c'est le
village qu'on est allé visiter le jour 29. De même à l'aller vers
Chuksang, on a traversé le village de Tanbe, qu'on nous avait alors
dénommé Phalek. Enfin, au retour (jour 30), on est passé au village de
Diri, nommé Tirigau sur la carte.
Trop marrant, ces toponymies de lieux
qui changent au gré du temps, portées par la tradition orale et
l'oreille plus ou moins affutée.

La carte du trajet de Chunksang vers Tange.
Ce trajet a été fait en 2 étapes à l'aller, et en une seule grande étape au retour.
Comme je n'ai pas la partie haute de la carte, il n'y apparait donc pas la dernière partie, càd la descente vers Tange.

Une carte très intéressante avec :

  • l'emplacement du camp de base, des camps 1 et 2, et la petite bosse que nous avons fait à coté du col au-dessus du camp 2,
  • le trajet aller-retour du camp 2 vers le Kumlun Himal, qu'on croyait être le Bhrikuti,
  • la face que l'on a commencé à
    grimper, ainsi que la chute dans la crevasse peu avant le de Hult pass.

L'itineraire depuis le col porté à 5018m sur la carte jusqu'au camp de base est correct .
Là où je suis beaucoup moins sûr, c'est l'emplacement du camp (ancien village Kampas) du jour 15, ainsi que le trajet avant, depuis Tange.

C'est là que j'arrive justement dans le fameux quadrilatère à cheval sur les 4 cartes du Mustang.

J'ai également constaté que les altitudes relevées lors de notre expé sont systématiquement inférieures à celles indiquées sur la carte ( de l'ordre de 200m, ce qui fait environ 7 à 8 millibars (hectopascals
devrai-je dire désormais) de pression).

Ce n'est pas forcément étonnant, puisqu'une fois au Mustang, nous n'avions plus aucun moyen de recaler l'alti, n'ayant pas d'altimétrie correcte sur les 2 cartes dont on disposait alors.

 

 

 

 

> fermer la fenêtre