Petites combines qui facilitent la vie en altitude


> fermer la fenêtre


Séjourner plusieurs jours en altitude, au dessus de 5000 ou 6000 m, est forcement rude et éprouvant pour l’organisme comme pour le moral. Les « vieux routards de l’altitude » ont développés une multitude de petits aménagements pour rendre la vie là-haut plus sereine et agréable.

Par exemple, J. M., dès son arrivée à Kathmandu, s’achète un beau tapis tibétain qui rend sa tente au camp de base confortable et accueillante.

Certains peuvent percevoir tout ces petits détails comme un luxe superflu, mais quand ce luxe est source de plaisir mais aussi de sécurité, pourquoi s’en priver ?

Voici quelques propositions en vrac, que vous pourrez largement compléter en m’envoyant vos propres combines par e-mail . Merci d’avance.

  • Choisir une tente assez claire, car le temps passé à l’intérieur est important et la nuit est déjà suffisamment longue.

  • Prévoir des vêtement chauds et confortables, pour rester à l’intérieur de la tente, sans être obliger de rester couché dans le sac de couchage. Un pantalon en duvet ou en fourrure polaire, chaussons en duvet ou chaussettes très chaudes et doudoune bien sûr.

  • Avoir un récipient pour pouvoir faire pipi, sans sortir de la tente, la nuit ou au petit jour. C’est possible même pour ces Dames, il suffit de choisir un bidon avec un orifice assez large, par exemple une gourde américaine Nalgene.

  • Avoir beaucoup de récipients de bonne contenance, gourde, bouteilles plastique, sac à eau, de manière à pouvoir préparer toute l’eau nécessaire pour la journée du lendemain. Par exemple un Platipus à bouchon droit de 2 l., ça prend pas de place et c'est très résistant.

  • Avoir une gourde en métal qu i puisse servir de bouillotte, par exemple une gourde SIG à fermeture à vis.

  • Un élément indispensable, souvent peu valorisé : une gourde souple, environ 2 litres, avec une pipette. Sans oublier des boissons énergétiques et de récupération. C’est la condition d’une hydratation régulière et conséquente, qui contribue à une bonne acclimatation.

  • Pour la préparation du petit déjeuner, un thermos, même petit, est vraiment très agréable, presque indispensable.

  • Pour le gaz, choisir de préférence un mélange butane propane et surtout clippable (Butagaz ) ou vissable ( Primus ), pour pouvoir les enlever du réchaud. Pour tenir les cartouches au chaud, vous pouvez soit les inviter, la nuit, dans votre duvet, soit réchauffer le fond avec une bougie ou pour Primus avec une chaufferette spécialement adaptée.
    Prévoir une petite planchette pour poser votre réchaud sur la neige dans l'abside de votre tente, ou mieux utiliser un ensemble gamelle/réchaud pouvant être suspendu, par exemple Markill.

  • Prévoir des petits sacs de rangement en Nylon, marqués à votre nom et de couleurs différentes suivant l’usage. Pour pouvoir laisser des affaires perso dans une tente d’un camp d’altitude pouvant être utilisés par d’autres personnes, sans risque d’utilisation abusive et par soucis de rangement et de confort.

  • Préférer des grandes tentes de 3 ou 4 places, plutôt que des tentes de 2. Calculer le rapport personnes hébergées et poids partagé, vous serez surpris ! J'utilise actuellement des Ferrino, Snowbound 4, très fonctionnel et pas trop chère.

  • Si le camp de base est accessible par des porteurs, ne surtout pas éliminer tente mess, table et chaise. Vous aller certainement sourire, mais au camp de base du Dorje en 99 et du Tilicho en 98, nous avions même troqué les petits tabourets habituels pour des fauteuils de jardin. Une très bonne idée, surtout pour le moral après trois jours de tempête de neige bloqués dans la tente mess.

  • La condensation est quasi systématique dans les tentes d’altitude isothermes et ne peux s'éviter qu'avec une bonne aération... c'est à dire en dormant avec les portes ( un peu/beaucoup ) ouvertes. Le réveil est souvent « galère » avec une pluie de paillettes à chaques mouvements et l’inondation garantie au premier rayon de soleil. La solution consiste, avant le petit déjeuner, à gratter tout l’intérieur de la tente avec un bol pour recueillir tout le givre déposé sur le tissu. Un peu fastidieux mais redoutable d’efficacité.

  • Au Népal, remplacer la lampe à pétrole de la tente mess par un lumogaz, avec les même cartouches que vos réchauds ( c'est plus simple !).

> fermer la fenêtre