Une reflexion sur le traitement des déchets en expédition et en trek...


> fermer la fenêtre


Et si on s'occupaient un peu de nos déchets...

Automne 2004, sur le glacier de Pangre, au camp de base du Nemjung, un très beau sommet de la vallée reculée de Phu au Népal…
C’est la fin de l’expé et d’une belle aventure, avec Marc devant le feu à demi consumé que surveille un kitchen boy, nous sommes pour le moins dubitatif et inquiet.
Tant bien que mal, Nima améliore la combustion du foyer rudimentaire où tous les déchets d’un séjour de 10 jours d’un groupe de plus de 20 personnes sont entassés.
Visiblement, notre présence le gène… Tout les autres climbers sont déjà parti et que peuvent bien lui vouloir ces deux Sahib, a scruté ainsi ce feu et ces poubelles ?
Avec un bâton, Marc retire une ou deux boites de conserves calcinées et le cuisinier comprends que quelque chose de pas très agréable va se passé …

Pourtant, nous avions fait au mieux…,
1. nous avions pris soins de discuter avec le cuisinier et son équipe en présence de Babulal le sirdar,
2. nous avions aussi bien insisté sur le fait que les poubelles étaient un problème important pour nous,
3. bien sûr, séparer les boites de conserve et le verre qu’il faudra redescendre en vallée et en fin d’expé brûler tous ce qui étaient brûlable et enterrer les reste du foyer.
4. Et pour cela trois « doko» avaient été préparer pour faciliter le tri des déchets par l’équipe de cuisine durant toute la durée de notre séjour au camp de base.
5. Tous les participants de cette expé avaient été associé à cette démarche.

Assis sur notre caillou, perdu au fond de l’Himalaya, nous discutons de traitement de déchets…
Marc se fait rassurant :
« Paulo, tu savais, qu’en France, qu’en nous arrivons à trier laborieusement 15 % de nos déchets c’est déjà un grand succès… Ne soit pas trop exigeant, car c’est avant tout un problème comportemental et ici, avec en plus un problème de culture.
Mais je suis d’accord avec toi, on devrait arriver à faire mieux ».

Notre discussion se poursuit avec le groupe de l'expéau cours de notre descente vers la civilisation et nous décidons de mettre en forme nos différentes remarques pour faciliter le traitement des déchets de notre prochaine expé... "Faut faire quelque chose !" et donc acte...

 

Nos intentions :

  • Réfléchir ensemble sur le traitement des déchets en trek et en expédition, en y associant le plus possible d’énergie et de partenaires différents.
  • Mettre au point un système simple et efficace, très pratique.
  • Expérimenter une 1ère fois, la solution choisie durant l’expédition au Gyajikang au printemps 2005, avec Montagne de la terre & le CAF.
  • Faire un bilan de cette expérience, l’améliorer si possible.
  • Expérimenter une 2ème fois le système à l’automne 2005, durant l’expédition au Langtang Ri avec Terres d’aventure.
  • Communiquer sur le sujet et proposer cette réflexion et ces outils à l’ensemble des chefs d’expé et des TO.

Quelques pistes de réflexion :

  • Partir de ce qui fonctionne : « on sépare les métaux et le verre, on brûle le reste… » pour l’améliorer.
  • Il faut faciliter le travail de la cuisine, plutôt que le complexifier.
  • C’est le tri sélectif qui facilitera l’incinération
  • Cette incinération devrait pouvoir être facilité par des outils simples.
  • « Faut pas que ça coûte cher, et surtout faut pouvoir transporter « le truc » facilement. »
  • Les occidentaux doivent aussi jouer le jeu, c’est avant tout un problème de prise de conscience et de comportements.
  • Pas la peine d’avoir des objectifs trop ambitieux, c’est un travail sur le long terme.
  • Une partie pédagogique devra également être envisagée.
  • Si, dans un avenir proche, on peut trouver « le truc » ou le faire fabriquer sur place… c’est encore mieux.
  • Et pour terminer, il faudra de réelle compétence pour communiquer efficacement sur le sujet.

Concrètement :
Nous avons imaginé un outil en deux parties, pour le tri et pour l’incinération.
1. Pour faciliter le tri :
Il faudrait un système de 3 containers en plastique, de couleurs différentes, avec un couvercle, qui s’emboîtent les uns dans les autres, pratique à porter à dos d’homme, sur un yack ou une mule.
2. Pour faciliter l’incinération :
Il existe dans le commerce des incinérateurs tout simples pour les jardins. Il faudrait trouver ou fabriquer un modèle très robuste, transportable dans les containers de tri, et simple d’utilisation.
Un système pour améliorer la combustion pourrait aussi être ajouté.

Le coût :
Trois postes bien distinctes existent, il reste à les chiffrer...:
1. La fabrication ou l’achat en France.
2. L’envoi par fret au Népal.
3. Le transport sur place.

Les partenaires sollicités :

  • Le « CAF », pour le domaine associatif et comme représentant des pratiquants.
  • « Mountain Wilderness », pour la partie défense de l’environnement.
  • « Terres d’Aventure » et « Montagne de la Terre », comme Tour Opérateur, organisateur de voyages sportif et d’expéditions
  • Les acteurs du domaine du traitement des déchets, comme « Plastique Omnium », Ecovert, Serned, ect
  • « Daulaguéri », pour leur expérience au Népal et leur maîtrise de la communication.
  • "Vertical" et "Alpinisme & randonnée", pour une présence dans la presse spécialisée.

Bien sûr, nous n’avons pas inventé la poudre et cela peut vous sembler rudimentaire, mais l’idée force de ce projet est de développer un outil le plus simple possible, mais surtout qui fonctionne et qui soit véritablement adapté au exigences du terrain et adopté par les équipes locales.


Et nous comptons sur le soutien de toutes les personnes intéressé par ce problème… ,n'hésitez pas à nous joindre et à nous rejoindre !
Par mail, à :
paulo.grobel@wanadoo.fr
ou au 04 76 79 99 68

Marc Magaud & Paulo Grobel.

Les prochaines étapes du projet :
Contacter le plus de monde possible pour créer un groupe de réflexion.
Travailler sur la définition du « gisement des déchets »
Rechercher les outils existants pour l’incinération.

> fermer la fenêtre