Amnye Machen,
au pays "des montagnes qui volent"



> fermer la fenêtre


Connaissez-vous l’Amnye Machen ?

Pourtant, c’est certainement un nom de sommet qui ne vous est pas inconnu…

Un numéro spécial de Vertical et un très beau film, relatent toute l’intensité de ce voyage aux confins du Tibet au pays « des montagnes qui volent »

Un Tibet de légendes… celui des steppes immenses et des yacks, habité par les fiers N’goloks.

Mais, l’Amnye Machen n’est pas une montagne démesurée ou inaccessible, bien au contraire… il nous propose un véritable voyage à la découverte d’une montagne magique et proche du sacré.

En tant que pèlerinage, il est aussi important que le Mont Kailash et symbolise merveilleusement cette région de l’Amdo.

Situé dans la province de Qinghaï, le massif de l’Amnye Machen comprend 9 sommets aux alentours de 6000 m., l’accès en est relativement facile, malheureusement (ou heureusement !) les cartes sont quasi inexistantes.

Beaucoup de sommets ou de projets sont très intéressants :

  • L’Amnye Machen I ou Drodullunshog, 6282 m., avec la voie de Galen Rowel.
  • L’Amnye Machen II ou Chenrezig, 6264 m.
  • Ou le Machen Bomra, 6090 m. qui a si bien réussi à Joss et Olivier.
  • Des traversées de sommets sont aussi possibles, jusqu’à cette traversée complète du massif, souvent évoquée avec envie !

Cette notion de découverte, d’exploration fait toute la richesse de ce voyage, et c’est aussi la partie la plus importante de la préparation… regrouper toute l’information disponible pour construire un itinéraire original et forcement grandiose.

Comme l’équipe de Jeanmi, à notre arrivée au camp de base, il nous faudra étudier la montagne, en comprendre les accès et les colères, choisir le sommet et la voie d’ascension.

Une idée du projet :

Il est possible de rejoindre ce massif par deux itinéraires :

Par l’ouest, depuis Kathmandu et Lhassa, en traversant tout le plateau tibétain.
Par l’est, depuis la Chine et une arrivée directe à Xining, la capitale du Qinghaï.

C’est cette formule que j’ai choisie pour nous permettre d’être le plus de temps possible sur place. Depuis Xining, 2250 m., le camp de base (aux alentours de 4100 m.) n’est qu’a deux jours de bus ou de camion, en traversant Maqin (Dawu) 3735 m.

Puis c’est la partie ascension, de 8 à 10 jours en fonction du sommet envisagé.

Eventuellement, une partie tourisme complétera le séjour, à la rencontre des sources du Fleuve Jaune ou du lac Kokonor, le plus grand lac salé de Chine.

 

Au fil des jours :

    • Vol Paris/Xining, ( 2 jours ).
    • Une ou deux journées sur place pour la préparation matérielle, ( administratif & nourriture ), ( 2 jours ).
    • Trajet Xining/Dawu/camp de base, ( 3 jours ).
    • Ascension, ( 10 jours ).
    • Retour à Xining, ( 3 jours ).
    • Xining, dernières formalités et tourisme ( 2/3 jours ).
    • Vol Xining/Paris, ( 2 jours ).

      Soit environ trois semaines en mai 2006.

       

      Niveau des participants :

      • Une bonne forme physique.
      • Une pratique régulière de l’alpinisme pour être à l’aise et autonome dans des courses de neige de niveau PD à AD.
      • Une expérience de voyage lointain… mais pas forcement en expédition.
      • La volonté de s’impliquer dans la préparation et l’organisation du voyage.
      • Une autonomie réelle dans la vie en montagne et en voyage.

> fermer la fenêtre