Cho Oyu
premier 8000


> fermer la fenêtre


Pour beaucoup d’amateurs de la Haute Altitude, ce chiffre mythique de 8000 m est un vrai objectif, le rêve de toute une vie d’alpiniste.
Le Cho Oyu est le sommet idéal pour vivre cette aventure avec le plus de chance de réussite.Sa difficulté technique peu importante, F en neige, permet de se concentrer exclusivement sur toutes les composantes de la vie en altitude.
Mais, il ne faudrait pas pour autant en minimiser la démesure et les efforts nécessaire pour atteindre son sommet.
Ni oublier la beauté sauvage des hauts plateaux tibétains et l’ambiance fantastique des plus hautes montagnes du monde, qui sont aussi les moments forts de cette expédition.

 

Une idée de projet :

L’itinéraire et le découpage du séjour laissent peu de place à des improvisations, car c’est un sommet classique et fréquenté dont le déroulement idéal est bien identifié.

C’est plutôt la partie préparation, avec dès le départ un suivi avec le guide qui encadre l’expé, impliqué à la fois dans l’organisation et l’encadrement, et avec sur le terrain un fonctionnement collégial… qui fait la différence avec les autres propositions d’agence.

Au fil des jours :

Vol Paris/Kathmandu, 2 jours.
Dernier préparatif à KTM, 1 jours.
Trajet en bus par la « route de l’amitié » avec une journée de repos et d’acclimatation, 4/5 jours.
Un vrai trekking pour s'acclimater un peu plus avant de rejoindre le camp de base.
Ascension du Cho Oyu avec 3 camps d’altitude., environ 20 jours.
Démontage et nettoyage du camp de base, 2 jours.
Retour à Tingri et route pour le Népal, 4 jours.
Repos et visite de KTM, 2 jours.
Vol Kathmandu/Paris.

Soit environ 42 jours, du 29 août au 10 octobre 2004. (date à confirmer).
Budget prévisionnel : environ 10000 €, (+ 3 % d’assurance). Tarif au 1 janvier 2003…
de 4 à 6 personnes maximum.

Niveau des participants :

  • Une très bonne condition physique.
  • Une réelle aisance dans des pentes de neige à 35/40°, par une pratique régulière de l’alpinisme au minimum à un niveau PD.
  • Une réelle autonomie dans les camps d’altitude, tant pour les déplacements sur la montagne que dans la vie quotidienne.
  • Une expérience de l’altitude et des expéditions, avec au minimum une expé sur un sommet de + de 6000 en Himalaya ( une altitude supérieure est préférable )...
  • un peu de temps à consacrer à la préparation.
  • Une bonne dose de patience, de tolérance et d'humour.

> fermer la fenêtre