L'ascension du Manaslu, 8156 m
printemps 2009


> fermer la fenêtre

Retour à la page d'acceuil
Voir également: le tour du Manaslu, le trek d'accompagnement

Avec tous mes remerciements à Etienne Principaud... et Françoise, bien sûr !


Un petit dessin paru dans Montagnes Magazine...


Le " lac de l'esprit"... au dessus du village de Sana.


... et "la montagne de l'esprit", le Manaslu.

Le Manaslu, 8156 m

Le Manaslu 8156 m, est un grand sommet, le 8ème 8000 de la planète.

Son nom sanscrit Manasa est empreint de poésie, il peut se traduire par « montagne de l’esprit »  ou «refuge de l’âme ». Tout un programme…

A l’écart des grands itinéraires touristiques et par sa proximité avec le Tibet, le massif du Manaslu a conservé un caractère très particulier où se conjuge vie pastorale et traditions.
Le Tour du Manaslu reste une référence dans le petit cercle des treks exceptionnels.
Sa réputation est justifiée par la beauté des paysages, la diversité des villages et des cultures et par son sommet emblématique d’un esthétique rare.
Un petit groupe de trekkeurs pourra d’ailleurs se joindre à nous et vivre la première partie du quotidien d’une grande expédition, jusqu’au camp de base et pourquoi pas jusqu'au 1er camp.

L’ascension du Manaslu est techniquement peu difficile (PD).
Elle reste cependant une grande entreprise comme toutes les ascensions des plus hauts sommets himalayens. À ne surtout pas, ni dévaluée, ni sous-estimée.
Le Manaslu n’est pas un sommet à la mode et sa fréquentation est limitée, il souffre d’une mauvaise réputation suite à un grave accident en 1972. Une réputation qui est loin d'être justifiée.

Par contre, au Manaslu se vit une aventure différente de celle des expéditions sur des sommets plus classiques : avec beaucoup moins de monde au camp de base et sur la montagne, moins de pollutions et donc moins de stress.
C’est une grande montagne et il y a de la place pour facilement cohabiter. L’itinéraire est également adapté à "une progression douce" avec de nombreux camps d’altitude.

Grâce à cette progression continue, c’est un véritable voyage en altitude que je vous propose. Un voyage tout de lenteur et de retenue, pour cultiver le plaisir et le bonheur d’être Là-Haut.
Un voyage unique et exceptionnel.


Depuis le camp de base, un "petit" sommet...


Le camp de base à l'automne 2007.

Une idée du projet :
Les grandes étapes :
La préparation est une des clefs essentielles pour réussir un grand sommet. Elle demande un réel investissement en temps, avec plusieurs rencontres/week end entre le début de l’année 2009 et le printemps.
Mais, c'est une implication dans la préparation à hauteur variable, en fonction de la disponibilité et des envies de chacun...

  • L’arrivée à Kathmandu n’est qu’un bref passage à mon camp de base de l’Hôtel Padma à Boudhanath pour récupérer nos affaires puis partir en bus pour Besisahar.

  • Pour le début du trek jusqu’au village de Sama, j’ai choisi d'inverser le sens du tour classique du Manaslu, en remontant la Marsyangdi avec les 2 première étapes du tour des Annapurna. Puis, en prenant notre temps pour traverser le Larkya Pass, avec les porteurs de Samdo.
    C'est une phase d'acclimatation importante qui nous fera arriver à notre camp de base en ayant déjà vécu à 5000 m. L'itinéraire est également moins long. Ce qui nous importe, ce n'est pas de parcourir du chemin dans des altitudes plutôt basses..., mais au contraire, de nous immerger en altitude avec des étapes plutôt courtes.

  • Samdo est un point de rendez-vous important pour moi, de l'autre côté du col. Il y a un projet d'école que je souhaite soutenir et tous nos porteurs viendront de ce village.
    Ce sera aussi le point de départ de mon expédition suivante vers le Samdo Peak et pour trouver un nouvel itinéraire pour rejoindre Phu.

  • Depuis Sama, nous accéderons au camp de base à 4900 m pour nous y installer définitivement.
    Après quelques journées pour organiser notre 1er camp et peaufiner notre acclimatation, nous partirons tranquillement vers le sommet.

  • Pour l’ascension du Manaslu, 3 camps sont classiquement installés : le C1 à 5400 m ou 5700m, le C2 à 6300 m et le C3 à 7300 ou 7400 m.
    Mais, nous utiliserons certainement 6 ou 7 camps, comme au Shishapangma.
    Avec forcement quelques cordes fixes entre le camp 1 et le camp 2 à cause de ressauts en glace.



  • cordes fixes

  • Après le sommet, retour efficace au camp de base puis à Sama Gaon.
    Le matériel d’expédition rentrera directement avec des mules à Kathmandu.
    De notre côté nous descendrons la vallée de la Burhi Khola avec une équipe népalaise réduite, en camping et en lodge dès que possible.

  • Plus nous descendrons plus l'ambiance sera comfortable, il fera même chaud car l'été s'approche au Népal.
    Ce sera le dernier bazar, le début de la route et le bus qui nous attends.

  • ..., pour nous conduire à Kathmandu et vers notre cher stoupa de Boudhanath. Et le vol retour vers l'Europe !


Stratégie d’ascension... la progression douce.
Nous progresserons régulièrement sans retour au camp de base en déplaçant à chaque fois notre camp.
Avec des étapes plus courtes (maximum 400m) et donc beaucoup plus de camps.
Le confort est privilégié avec de grandes tentes d'atitude, des Salewa Base (3 places pour 2 personnes).
Nous serons ainsi plus de temps sur la montagne.
... Voir le texte dans le chapitre "les clefs de l'Himalaya": "Altitude & progressions", et les comptes rendus de mes précédentes expéditions : la Putha Hiunchuli, ou le Gurkarpo Ri, le Mamostong aussi.


L'organisation d ela vie en altitude, tout un art.



Taille du groupe.
Le groupe d’alpinistes est limité à 8 personnes.

Date : à confirmer.
Du samedi 18 avril au dimanche 31 mai 2009, soit 44 jours

Pour les trekkeurs, du 18 avril au 17 mai 2009

Budget :
10 000 €, à confirmer.

Au fil des jours :

J1 Départ Paris   J24 Asc 10
J2 Arrivée Ktm   J25 Asc 11
J3 Kathmandu, derniers préparatifs   J26 Asc 12
J4 bus to Besisahar, jeep to Syange, lodge   J27 Asc 13
J5 trek Jagat, Tal, Lodge   J28 Asc 14
J6 Dharapani, Tilje, Camping   J29 Asc 15
J7 Karche ou Bude   J30 Asc 16
J8 Bimtang, 3700 m   J31 Asc 17
J9 Bimtang, rest   J32 Asc 18,
J10 Larche 4200m, puis camp à 4450m   J33 Asc 19, retour au camp de base
J11 La traversée du Larkya Pass, 5100 m, Larkya Phedi   J34 Camp de base, rangement
J12 Samdo et repos   J35 Sama Gaon
J13 Sana, préparation du matériel, Lodge   J36 Lo
J14 montée au camp de base   J37 Tsak
J15 Installation au camp de base, Asc 1   J38 Philim
J16 Portage et installation du camp I, Asc 2   J39 Maccha Khola
J17 Portage et installation du camp I, Asc 3   J40 Arkhet Bazar
J18 Le grand départ...Asc 4   J41 Arughat Bazar, bus to Kathmandu, Hotel Padma
J19 Asc 5   J42 Kathmandu
J20 Asc 6   J43 Départ Ktm
J21 Asc 7   J44 Arrivée à Paris
J22 Asc 8      
J23 Asc 9      
  • 6 jours de voyage
  • 15 jours de trek
  • 19 jours sur la montagne
  • 4 de repos ou de visite


Au lever du soleil en montant au Larkya La, avec la partie terminale de l'ascension.

Niveau des participants :

  • Une bonne condition physique.
  • Une réelle aisance en crampons dans des pentes de neige à 35/45°, par une pratique régulière de l’alpinisme au minimum à un niveau PD.
  • Une réelle autonomie dans les camps d’altitude, tant pour les déplacements sur la montagne que dans la vie quotidienne.
  • Une expérience de l’altitude et des expéditions, avec une expé sur un sommet de + de 6000 en Himalaya.
  • un peu de temps à consacrer à la préparation.
  • Une bonne dose de patience, de tolérance et d'humour.
    La préparation en cours : le premier week end

    Le point de départ de notre préparation fut un constat et une question.

    1. « Partir 6 semaine en Himalaya est un privilège. »
    2. « Comment valorisez le mieux possible cette expérience rare, sinon unique. »

    Nous avons abordé cette question en nous interrogant sur le sens profond que représente cette ascension pour chacun d’entre nous.
    L’exercice consistait à exprimer en UNE phrase nos besoins les plus profonds. Puis, d’en extraire un seul mot. Le tour de table des réponses fut d’une intensité exceptionnelle.

    Voici quelques-unes des phrases citées :

    1. « La jubilation de tenter de me dépasser ».
    2. « Une cordée, encordée, pour une immersion totale ».
    3. « Un cheminement… »
    4. « Népal, ascension, ensemble, rêve »
    5. « Amour, partage, découverte des gens et des lieux »
    6. « Aller plus loin dans l’exploration de soi, de la montagne et des autres »
    7. « Une aventure aléatoire »
    8. « Pour vivre une rencontre avec moi-même et les autres, dans un environnement de haute montagne. »

    L’age des participants va de 27 à 61 ans et le groupe est exclusivement constitué d’hommes.

    Puis, nous avons abordé la notion de progression douce en Himalaya.

    1. Avec l’expérience du Shisha pangma, pour illustrer l’aspect continu du déplacement.
    2. Avec le documentaire de François Damilano, « la stratégie de l’escargot » pour comprendre la réalité d’une progression par paliers.

    Les dimensions philosophiques de cette progression ont conforté la prise en compte des besoins exprimés précédemment.
    Nous en avons listé les grandes lignes :

    1. L’importance de la préparation avec la présence de l’ensemble du groupe.
    2. Implication personnelle de chacun dans la préparation
    3. Épuration des moyens
    4. Respect de son corps (recherche d’intériorité)
    5. Valorisation des relations et des formes de collaboration (solidarité)
    6. Recherche de complémentarité (ceci et cela…)

    L’organisation s’est ensuite centrée sur tout ce qui pouvait consolider ces grands points.
    Concrètement :

    1. Pas de camp de base luxueux avec divertissement, PC et groupe électrogène.
    2. Pas de communication extérieure durant la phase d’ascension pour préserver une concentration sur l’objectif et une réelle mise hors du monde (pas de téléphone-satellite à usage personnel).
    3. Une attention particulière apportée à la préparation du matériel personnel et de la nourriture (chacun prend ce dont il a besoin, ni trop, ni trop peu…)
    4. Une progression encordée.
    5. Pas d’oxygène, pas de soutien pour atteindre un camp supérieur en cas de difficulté.
    6. Le moins possible de cordes fixes.
    7. Une proximité avec l’équipe népalaise et les gens de Samdo.


A bientôt...
pour le compte rendu à mon retour en juin 2009

Et bien sûr, un dernier petit clin d'oeil à mes partenaires habituels
logo

avec : Triple Zero pour les duvets et les lunettes Adidas

logo

logo


Nicolas Bonnet, guide de haute montagne, skieur et partenaire de Salewa France pour la marque Dynafit.
Avec tous mes remerciements pour les photos du sommet.

A retrouver sur www.guide-de-montagne.net

> fermer la fenêtre