Projet pour novembre 2006

Encore en travaux...




> fermer la fenêtre


 

Ce projet est directement issus de mon expérience de l’automne 2004 … une expé de formation avec la traversée des Chulus et c’est la suite logique de la dynamique actuelle de la petite équipe de jeunes alpinistes népalais avec qui je travaille pour l’organisation de mes expéditions en Himalaya.

Une idée de projet :

L’idee directrice est de faire de l’alpinisme en himalaya, mais AVEC les népalais, mais pas n’importe quel style d’ascension. Un alpinisme très proche de celui que nous pratiquons dans les Alpes, avec une véritable notion de cordée… et donc forcément en cordée mixte, Franco-népalaise.
C’est aussi la notion de “faire ensemble” qui sera explorée permettant des impregnations culturelles et des interactions très enrichissantes pour tous.

Une équipe véritablement multi éthnique...
Au centre, Bikram Singh, à gauche Ccho Temba Sherpa, le frère de Tsering,
et Bishal Rai, le petit dernier qui découvre la haute montagne.


Pour cela, le (ou les) sommets envisagés ne doivent pas être trop élevées, aux environs de 6500/6800 m et forcément inférieurs à 7000m pour un problème de coût du permit.
La difficulté devrait se situer entre PD et AD avec de vrais problèmes de progression pour permettre des apprentissages réels des techniques d’assurage.
Choisir des sommets (ou des voies) peu connus ou même totalement à explorer permettra de mettre l’accent sur le plaisir d’un alpinisme de découverte. Sur le versant Formation, c’est aussi se confronter et montrer in situ comment prendre en compte et résoudre les problèmes d’ascension d’un sommet sans avoir beaucoup d’information.
La taille du groupe ne doit pas être trop importante pour privilégier des échanges décontractes et conviviaux.
Concretement, 4 ou 5 alpinistes de notre côté, avec 3 ou 4 alpinistes népalais. Le groupe ne devant pas dépasser 8 personnes.

Quel sommet choisir ?
La situation au Népal est suffisament grave pour nous obliger à simplifier au maximum ce choix aux régions les plus faciles d’accès et les plus “simples” politiquement.
Cette facilite d’accès, nous permetra également de passer plus de temps sur la montagne elle-même.
Voici plusieurs projets dans différents massifs, avec pour chacun un intérêt particulier.
Notre 1er objectif sera de choisir celui qui sera le plus adapté à l’expérience et aux envies des uns et des autres.
Nous déciderons alors du déroulement idéal pour réussir ce sommet ainsi que le matériel nécessaire.
C’est donc aussi une “expédition mode d’emploi” ou beaucoup de choses seront décidées par l’ensemble du groupe.

De l’ouest vers l’est…
1…, le massif du Mukut Himal, au dessus de Jomosom, avec un permit pour le Tashikang pour l’acclimatation et comme objectif la traversée du Hongde Himal.
(C’est le massif que nous avons vainement essayé d’approcher à l’automne 2005 et qui était inaccessible à cause de la neige trop abondante en altitude, mais aussi d’une équipe népalaise pas vraiment cooperante.

Une vue grand format, depuis l'autre camp de base de la Hidden Valley ( derrière la moraine au chorten ).
La voie normale remonte le petit glacier tout à droite de la photo.


2… Toujours depuis Jomosom, pour les sommets au dessus du Torong pass, avec une acclimatation en passant par le Tilicho Lake.
3…, depuis l’aérodrome de Hongde, pour le Pisang Peak en traversée par l’arête Ouest, avec une acclimatation vers les sommets au dessus de Naar et du Kang La. Peut-être une premiere…


Le Pisang peak


4…, dans le massif du Langtang, le Gamchenpo et une traversée vers l’Helambu. Un sommet très esthétique.
5…, ou encore, dans le Khumbu, pour une traversée de l’Island Peak par son arête Nord et le tour de l’Ama Dablam avec au passage le Ombigaem ?

Au fil des jours :

La durée sera environ de trois semaines et demi pour ne pas être trop contraignant et notre camp de base à kathmandu sera directement à la maison deTsering.

 



La maison... typique de l'architecture népalaise actuelle et vraiment très loin de l'habitat newar de la Vallée de Kathmandu. Une forme de progrès ?
Nous avons louer les deux derniers étages, notre étage du haut étant simplement un demi niveau avec une grande terrasse.


Date :
En novembre 2006 et jusqu’à début décembre, à mon retour du Gyajikang.

Coût :
A définir

Niveau des participants :

L’expérience des alpinistes occidentaux doit être réelle dans un niveau PD/AD, en neige, avec une bonne connaissance des techniques d’assurance et d’encordement.
L’envie de transmettre et d’échanger doit être bien présente, mais une experience préalable des expéditions n’est pas obligatoire.


Paulo, avril 2006

 

> fermer la fenêtre