Le massif des Mentok
Ladakh, Rupshu

Himalaya Indien


Et un grand Merci à Daniel Trichot et à Pierre-Olivier Dupuis pour leur aide & encouragements.
Et à Sylvain Dussans pour le complément d'infos pour l'autre versant...
Si vous avez des informations pouvant compléter ce topo, n'hésitez surtout pas !




> fermer la fenêtre



La partie la plus importante de la chaîne des Mentok, du premier sommet 6090 au grand col glaciaire après le Mentok II.
Une multitude d'itinéraires sont possibles...


Cpr Sylvain Dussans

Les mystères des Mentok…

Août 2006, de retour de quelques ascensions dans la chaîne des Mentok, dans la tente mess de notre camp de base de Korkokphule, nous essayons de comprendre le topo d’Arish Kapadia. Mais rien ne correspond avec la nouvelle carte Olizane ni avec ce que nous avons fait.
Ce qui est certain par contre, c’est que ce petit massif au Sud-Ouest de Korzok est très intéressant pour l’alpiniste, offrant beaucoup de voies d’ascensions variés mais plutôt faciles et des traversées très originales.

Pour y voir un peu plus clair…
Pour ce topo des Mentok, j’ai séparé le versant Nord-Est des Mentok (celui qui regarde Korzok) en plusieurs secteurs, et en prenant comme référence la carte Olizane (même si, elle aussi est fausse !)

GPS & carte Olizane, par Daniel Trichot.
Pour utiliser la carte Olizane en lecture directe(report de points du GPS sur la carte ou vice versa) il faut modifier des paramètres et avoir :
grille UTM utilisateur
origine longitude E 75° 00,000''
echelle +1.00000
erreur longitude +499884,0 m
erreur latitude -1473,0 m
système géodésique WGS84
Cela m'a donné d'excellents résultats sur place

Du nord au sud :
Le cirque entre la pointe 6090 et le Mentok I.
Il alimente la rivière au sud de Kharlung, un simple lieu dit au bord du lac.
Le camp de base est accessible depuis les rives du Tso Moriri.
Sur une ancienne carte, ce sommet s’appelle Mata.
C’est peut être la description de l’ascension du Mentok décrit par Arish Kapadia dans « Trekking and climbing in the Indian Himalayan ». Le sommet qu’il nomme Mentok II serait le sommet non coté et sans nom de la carte Olizane, car c’est le seul col entre deux sommets qui semble plutôt facile. Par contre sa description de l’accès au camp de base n’est ni clair ni pertinente car elle débute de Korzokphule avec une grande traversée à flan.
Dans ce cirque, il y a plusieurs itinéraires à réaliser : par les différentes arêtes, par le col, ou directement par les pentes de neige.
C’est l’accès pour l’arête Sud du Mentok I et pour sa traversée.


Depuis le Mentok II ou plutôt le Bishal Peak, une vue sur le Mentok Central et le Mentok I.
La traversée des crêtes est très facile et le panorama fabuleux...

De l’arête NW du Mentok I au Mentok Central.
Le camp de base du Mentok I se situe vers 5200 m, un petit replat d’herbes et un rivière. Nous y avons édifié un chorten.
Depuis Korzok, il est plus simple de longer le lac, puis de remonter une des larges croupes.
Deux itinéraires sont a conseillés :

  • L’arête NW du Mentok I, avec éventuellement un camp d’altitude en rive gauche du glacier vers 5700 m.
  • L’arête NW du Mentok Central, avec un camp d’altitude en bordure du plateau glaciaire à 5700 m. C’est une des ascensions que nous avons réalisée.
    III/F+ neige avec un petit passage rocheux au sommet, en cotations Himalaya.

Du Mentok Central, il est très facile d’atteindre le Mentok I en aller-retour ou de rejoindre le Mentok II puis de descendre par les pentes Est de sa voie normale.


Nos traces sur le Mentok Central, rien de très compliqué mais un itinéraire évident et très agréable.

Le versant Est entre Mentok Central et Mentok II.
Arish Kapadia nomme également ce Mentok II, Sara Shuwa ? Mais je ne connais pas ces sources.
C’est une grande pente de neige et de glace qui domine le plateau glaciaire.
Plusieurs voies bien individualisées peuvent y être tracées en fonction des conditions (globalement de niveau D ou IV en glace, piolets techniques nécessaire). Ce sont les dernières longueurs des itinéraires qui seront les plus techniques.
Descente par le Mentok Central ou le Mentok II.
Deux camps de base sont possibles :

  • Le CB du Mentok I, atteint depuis Korzok et les rives du lac.
  • Le CB du Mentok II au dessus de Korzokphule.

Le Mentok II et le Bishal Peak.
Le Mentok II marque la fin des grandes pentes de neige et présente un versant NE rocheux. C’est un grand dôme de neige avec une voie normale par son versant Est.
III/F+, neige et quelques crevasses, en cotations Himalaya.
C’est également la voie de descente la plus facile.
Accessible depuis un camp de base au dessus de Korzokphule, environ 5300m (Coordonnées GPS de Daniel Trichot…), en remontant le vallon à l’aplomb du pilier rocheux du Bishal Peak, ou près du lac à l’extrémité de la langue glaciaire, environ 5450m.
C’est l’ascension que nous avons effectué depuis le camp d’altitude du Mentok Central, en aller retour et en traversant le plateau glaciaire.
Le Bishal Peak, est un avant sommet du Mentok II, avec un couloir évident en neige s’évasant vers le haut.
Le Mentok II présente un vaste versant rocheux et mixte où quelques itinéraires techniques peuvent être envisagés.
Un sommet sans nom mais d’altitude identique marque la fin de ce secteur, avec un grand col glaciaire.


Le sommet du Bishal Peak, et le Tso Moriri, bien sûr ...


Le sommet du Mentok II depuis le Bishal Peak, une belle balade...

Le col au Nord du Mentok II et le sommet 6090.
C’est un secteur avec un grand glacier et un lac glaciaire déjà important aux environs de 5500 m.
L’ascension du col glaciaire ou des pentes nord de ce sommet sans nom semblent très intéressante et permet également d’effectuer une traversée du Mentok II.
Un deuxième cirque glaciaire, qui culmine au sommet 6090, est également accessible depuis ce lac.
Aucun renseignement…

Daniel Trichot et sa compagne en juillet 2006 on rejoint le sommet du col glaciaire :
Voici les coordonnées satellite prises sur place et reportées sur la carte Olizane
Col SE du Mentok II
0800304
3646528 on tombe pile au SE du sommet
alt 6047 m
Voie d'accés ou voie de descente (empruntée par nous, plus court et accés direct sous la voie normale) le talweg du petit torrent qui, sur la carte, rejoint le torrent principal de Korzok juste au dessus des chiffres 46 de la cote 4630 m à droite de la mention Korzong Gompa.

Notre base camp du Mentok
0801056
3648982 on tombe pile sur le torrent
alt 5372 m


A droite, le sommet du Mentok II, puis le sommet sans nom avant le grand col glaciaire.
Il y a un lac en bout de la langue glaciaire pouvant être le lieu du camp de base.

Du sommet 6090 à la pointe 6260.
C’est un large versant peu visible, alimentant deux vallons important à l’Ouest de Korzokphule. Des glaciers tapissent le haut de ces vallées.
Aucun renseignement…

De la pointe 6260 au Lanyar La 5850.
Le sommet sans nom coté 6260 m présente un grand glacier sur son versant Nord avec plusieurs sommets secondaires. Le grand plateau au Sud du Yalung Nyau La peut facilement servir de camp de base, vers 5600 m, pour l’exploration de ce versant.
La vallée de Gyama permet également d’accéder à plusieurs sommets très esthétiques et complètement perdus. Forcement passionnant…
Le Lanyar La, au sommet de la vallée est un itinéraire de trek permettant de rejoindre Zozogong et la rivière Phirse Phu qui allimente le Tso Moriri à Kyangdam. C’est le circuit classique des agences : « du Tso Kar au Tso Moriri ».


Le plateau juste avant le Yalung Nyau La... un camp de base peut être installé au plus près des glaciers pour gravir ces sommets inconnus.


Le premier sommet important des Mentok, après le Lanyar La. Avec une belle arête de face...


Encore des sommets inconnus...

Les versants Sud du Mentok I et II…
… sont encore à découvrir avec quelques glaciers et peut être des itinéraires en traversée sur Korzok à imaginer depuis Manechan dans la vallée de la Phirse Phu.

Manières de faire…
La facilité d’accès de Korzok depuis Leh et des itinéraires de trek très intéressants pour rejoindre le Tso Moriri, permettent d’envisager plusieurs formes de pratique.

  • Directement depuis Korzok.
    C’est peut être un des seuls massifs du Ladakh qui peut s’envisager sans infrastructure locale. Il suffit d’organiser un transfert depuis Leh avec les permis de police indispensables et c’est tout !
    Sur place, à Korzok, les hébergement ne manquent pas, en auberge ou sous camp de tentes (uniquement durant l’été). Pour installer un camp de base, il ne devrait pas être très difficile de trouver un paysan du cru avec mules ou chevaux pour faciliter le transport des bagages.
    Seule difficulté, prévoir une acclimatation optimale car Korzok est quand même à 4500 m.
  • Avec un trek pour accéder au Tso Moriri.
    L’idéal étant le trajet depuis le Tso Kar. Il est possible d’envisager quelques ascensions au passage ( Les monts Chevalier !) et même d’établir un camp de base vers le Yalung Nyau La avant de plonger sur Korzok.
    Photos et cartes sont dans le compte rendu de notre voyage de l'été 2006.
    C’est une région et un itinéraire qui sont maintenant classique pour les agences de Leh les plus compétentes…

Mais comment choisir une bonne agence au juste prix ?
Personnellement, j’apprécie beaucoup le sérieux de Rimo Expedition.
Bien sûr, il y a d’autres agences et il faudra bien un jour faire une petite étude comparative…

Le permit d’ascension !?
Un sujet délicat, car officiellement un permit délivré par l’IMF est nécessaire et obligatoire.
Avec, bien sûr, un officier de liaison…, la montagne de paperasses qui va avec…, plus les trois mois de délai indispensable à la bureaucratie indienne et un tarif prohibitif.
Dans la réalité, les agences de Leh sont bien loin de Delhi et n’apprécie pas particulièrement ces réglementations venant de l’Inde qui rendent leur « Bisness » trop compliquées. Et donc, aucun permit n’est exigé par les agences.
Par contre, sur place, si vous avez la malchance de vous retrouver à un camp de base avec une expé officielle et donc avec un OL : changez simplement d’objectif en étant le plus discret possible… Il y a de la place.

Et voici une contribution de Sylvain Dussans... de retour des Mentok en automne 2009
Avec tous mes remerciements pour ces informations.

 

Topo Mentok, versant sud ouest (Manechan)

 

 

Ascension réalisée pendant un trek entre Martselang (Hémis) et Korzok du 6 au 22 août 2009.

Nous avons rejoint Korzok par le sud du Tso Moriri (Kyangdam) après avoir préalablement parcouru d’amont en aval toute la vallée qui descend S/SE depuis le Thelakung la. Ce faisant, nous avons longé tout le versant S/O de la chaîne du Mentok (Korzok Range sur la carte Olizane).
  Nous avions initialement prévu de rejoindre Korzok pour ensuite en 2 jours monter faire un camp d’altitude au plus près du glacier sous les Mentok I et II, versant Tso Moriri.

Le 18 août, alors que nous passons le petit collet du Manechan La, le vallon de Manechan s’offre à notre vue.

 

Vue sur le vallon de Manechan et le mentok II depuis le Manechan La

 

J’avais imaginé la possibilité de gravir le Mentok II en visualisant le secteur sur Google Earth. L’image satellite présente la zone en hiver, mais on peut y distinguer la possibilité de monter très haut sans pour autant mettre pied sur le glacier. La vue réelle, depuis le Manechan la confirmait donc .

 

Je propose à Namgyal (notre guide local) de dérouter notre caravane et de poser un camp de base plus haut dans le vallon, si possible entre 5000 et 5300 m. Tous les membres du groupe sont alors d’accord pour faire une tentative depuis ce versant. Nous attendons que le reste de l’équipe locale (horsemen, cook et aide-cook) et nos 11 chevaux nous rejoignent.  Namgyal parlemente 5 min et l’affaire est conclue.

Le camp de base est installé à 5072 m (coordonnées E 79 6641 / N 36 42980), quasiment au plus haut possible pour avoir un semblant de replat..

L’après midi, je monte avec Delphine et Lise jusque vers 5400 m pour prendre une série de points GPS de façon à ne pas perdre de temps le lendemain au petit matin, alors qu’il fera encore nuit.

J’opte pour un réveil à 2h et un départ à 3h.

 

Le CB et le Mentok II, nous emprunterons le vallon à droite

 

Namgyal sera de la partie, tout comme les deux aides cuisiniers Manla et Lundup. Nous faisons le tour du matos et distribuons tout ce que nous pouvons à Manla et Lundup pour faire en sorte qu’ils soient un minimum équipés. Reste qu’ils sont chaussés en basket!!!

 

Mercredi 19 août, à 2h du matin, nous émergeons de nos tentes. Namchok, le cook, a mis un point d’honneur à nous préparer un vrai petit dej, comme tout les autres jours. Mais tout le monde n’a pas de l’appétit à cette heure!

Vers 3h15, nous nous mettons en route. Il ne fait pas froid, le ciel est plutôt couvert.

Nous sortons de l’obscurité à peine plus haut que mon dernier point GPS et nous nous dirigeons alors en zigzag vers le col repéré la veille

(alt 5849 m, E 79 9324 / N 36 44899).

La montée se fait lentement, mais vers 7h30, nous atteignons le col. Le vent s’est levé et il neige un peu. Le ciel est baché. Le temps de la pause et la neige cesse, les nuages se lèvent un peu.

 

Les sommets “d’en face” ( chaînon du Kharpa 6170m)

 

Nous décidons de continuer, histoire d’atteindre au moins la barre des 6000 m. Nous suivons pour cela le rebord de la montagne, entre la pente et le glacier, direction nord.

Nous abordons la neige juste avant 6000 m. Le glacier est très plat et ne semble pas présenter de crevasse. D’ici, le Mentok II est une grande calotte de neige fuyante, dissimulant toujours le “vrai” sommet.

 

Nous progressons assez facilement, sur une neige croustillante, bien regelée. En plus le ciel se dégage pour de bon et le soleil se montre maintenant généreux. Je reste cependant très méfiant quand aux pieds de Manla et Lundup, les questionnant sans cesse pour savoir s’ils sentent encore leurs orteils.  Evidemment ils me répondent invariablement oui, ce que je ne crois pas du tout. La météo s’est améliorée, mais le vent souffle quand même un minimum et perso, je supporte sans problème ma doudoune!

 

Alors que le sommet ne doit plus être loin, vers 6160 m, première alerte, mon pied gauche traverse la neige. Je me dit que ça doit être un trou sans conséquence. 5 m plus loin, re-belote, mais cette fois je comprends bien qu’il s’agit d’une crevasse. Je stoppe tout le monde pour que nous nous encordions. Le temps de faire la manip, et nous nous sommes refroidi. Les deux ladakhis hésitent maintenant à me dire qu’ils n’ont pas froid. Brigitte ne sent plus trop ses pieds. Raphael et Delphine commencent à se sentir fatigués.

 

 

Vue du Mentok I versant NE avant notre traversée vers le col

 

Un rapide point GPS (alt 6164 m, E 79 9409 / N 36 46443) et je sais que si nous ne sommes plus loin en dénivelé du sommet, ce dernier est sûrement encore à plusieurs centaines de mètres en distance.  Nous décidons de nous replier sur le col qui domine le versant Korzok/Tso Moriri. Au moins les pieds des ladakhis échaperont à la neige. C’est donc corde tendue que nous rejoignons le col, où nous laissons nos drapeaux à prières.

En direction du col entre Mentok I et II

 

Juste le temps de quelques photos souvenir et d’admirer la vue sur le Tso Moriri et le temps se couvre de nouveau.

 

Le Tso Moriri, bien joli depuis ce “petit” promontoir  

 

 

   

 

  Pour le retour, plutôt que de re-traverser le glacier, nous décidons de descendre dans le vallon qui s’ouvre au sud ouest du col (au niveau du E de Korzok Range sur la carte Olizane). Nous somme entre les glaciers du Mentok I et II.

 

Descente entre le glacier du Mentok II (droite) et I (gauche)

 

Nous allons mettre un certain temps pour négocier le passage en traversée dans une pente raide, relique latérale de la moraine du glacier du Mentok I, particulièrement instable.

Enfin, bien vidés, nous parvenons à l’aval de la langue glaciaire et poursuivons en suivant le cours d’eau. Sauf que nous ne sommes désormais plus dans le vallon de Manechan mais dans le suivant…

Il nous faudra encore un bon moment, en traversée, cette fois sur un bon terrain pour rejoindre la croupe qui nous permet alors de basculer sur notre camp.

 

Au total, une belle boucle en altitude, sur environ 11h pauses comprises.

Il est clair qu’il est plus simple et rapide de revenir par l’itinéraire de montée, mais quand l’envie d’explorer est là…

 

 

Extrait de la carte Olizane Ladakh Zanskar Sud

(En rouge notre parcours)

 

 

Note pour le GPS:

Je n’ai pas pu appliquer les corrections telles qu’indiquées sur le topo  de Paulo. En erreur longitude, j’ai bien ajouté +499884, par contre en erreur latitude, j’ai du soustraire -101496.

Le tout en  UTM utilisateur et système WGS84.

Dans la pratique, je tombe plutôt bien avec la carte Olizane.

 

Notre trek a été réalisé avec le soutien local et la parfaite logistique de l’agence Gesar Travel (www.gesar-travel.com).

 

 

 

© Sylvain Dussans



Ces informations vous ont aidées à construire votre expédition ?
A votre retour, vous pouvez aussi les compléter, les modifier en m'envoyant vos remarques et commentaires par mail. C'est fait pour ça ...
Merci d'avance.
Paulo, septembre 2006.

Un petit clin d'oeil à mes partenaires
logo


Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal, les lunettes Adidas

logo

logo

Mais aussi avec Triple Zero pour les duvets, CILAO pour les sacs à dos, les baudriers light.

Et bien sûr, l'IFREMMONT pour son soutien et suivi médical.

logo

> fermer la fenêtre