Le col du Trashi Labtsa, 5755 m
entre Khumbu et Rolwaling




> fermer la fenêtre


Le Trashi Labtsa est loin d’être un simple passage entre deux vallées comme peut l’être le Thorong Pass ou même le Mera La.
C’est un col très élevé, à plus de 5700 m, avec de grands glaciers, des pentes de neige ou de glace à équiper, un passage de rocher à assurer et de vrais problèmes d’itinéraire.
Globalement la difficulté technique correspond à celle d’une randonnée glaciaire ou à un itinéraire alpin.
Des alpinistes, à l’aise en haute montagne dans un niveau F ou des randonneurs entraînés et bien encadrés y sont à leur place.
Par contre, le passage de toute l’équipe népalaise nécessite une vraie attention, avec, pour les porteurs un équipement de qualité et un encadrement précis dans tous les passages techniques et exposés qui ne peut pas, qui ne doit pas, être simplement déléguée au Sirdar ou à ses assistants.
Les deux ou trois nuits de bivouacs en altitude et sur glacier sont également à prendre en compte pour le matériel fourni aux porteurx : tentes et matelas, réchauds et kérosène.

Logistique et manières de faire.
La majorité des groupes de randonneurs ou d’alpiniste traversent le col avec une équipe népalaise complète (cuisine et porteur), ce qui représente souvent un nombre de personnes très important et de grandes difficultés pour les porteurs.

  • Avec l’obligation d’équiper les passages techniques et d’assurer tout le monde.
  • Mais aussi de se préoccuper de l’équipement de chacun, de leur nourriture et d’un « abri» pour la nuit.

Malgré la complexité de l’itinéraire, il est possible d’envisager la traversée du col en autonomie, soit avec une équipe népalaise légère, soit sans équipe et sans porteur. Ou encore, en venant de Thamé, un système intermédiaire avec des porteurs jusqu’au col pour faciliter la montée (ils ne dorment ainsi aucune nuit en bivouac), puis en autonomie pour la descente à Na et Beding, où d’autres porteurs peuvent alors être embauchés.
Dans tous les cas, une expérience réelle d’alpiniste est indispensable, et le sens Thamé/Na préférable.
Concrètement, cela représente trois bivouacs en autonomie, depuis Tengpo, le dernier lodge versant Thamé, jusqu’à Chukyima, le nouveau petit lodge avant Na à hauteur du lac. Le passage du col se faisant en une journée à partir de Ngole.
Avec comme matériel technique minimal :

  • des bâtons et une paire de crampons légers par personne.
  • Une petite corde de 20 à 30 m, une broche et un mousqueton, une sangle, un piolet pour le groupe.

Le sens de la traversée.
Le plus souvent, cet itinéraire est décrit et pratiqué de la Rolwaling au Khumbu. Une forme d’usage…
Pourtant le col est beaucoup facile à traverser dans l’autre sens, de Lukla à Beding.
Voici quelques arguments :

  • L’accès aérien est en début de voyage.
  • L’altitude d’acclimatation est immédiatement atteinte.
  • Il est plus facile de s’acclimater dans le Khumbu, plus de confort, sentier plus fréquenté, intérêt touristique….
  • Les porteurs recrutés à Lukla ont l’habitude de passer le col et sont souvent mieux équipés.
  • Le passage du col est plus rapide, puis tout le reste n’est que de la descente.
  • Le col étant passé, tout le monde est plus disponible pour profiter des paysages et de l’intérêt culturel de cette région du Gauri Sankar.
  • De Singati ou Bharabise, le retour pour Kathmandu est simple et rapide.

La saison.
Sans aucun doute, l’automne reste la saison la plus simple pour franchir le col.
Il n’y a presque plus de neige en altitude et le temps est généralement dégagé et stable. Par contre, il fait plus froid et des chutes de neige sont possibles à partir d’octobre pouvant rendre la traversée très éprouvante, voir impossible.
Au printemps, la neige partout présente, généralement de Tengpo jusqu’au Tso Rolpa, renforce le caractère haute montagne des lieux. Les difficultés sont alors différentes, pas ou peu de traces et des problèmes d’itinéraire, une trace difficile à faire, surtout l’après midi, et un engagement plus important avec une équipe importante.

Paulo, juillet 2006

Bon voyage...


Ces informations vous ont aidées à construire votre expédition ?
A votre retour, vous pouvez aussi les compléter, les modifier en m'envoyant vos remarques et commentaires par mail.
Merci d'avance.
Paulo.

Et bien sûr, un dernier petit clin d'oeil à mes partenaires habituels

 

 

> fermer la fenêtre