d

Tout au Nord du Mustang !
L'ascension du Bhrikuti et la première traversée des Lacs du Damodar à Samdzong...
Printemps 2010




> fermer la fenêtre

Retour à la page d'accueil

Les différentes parties de ce dossier Bhrikuti 2010 :

  • Au sujet de Bhrikuti
  • Les lacs sacrés du Damodar
  • Le topo du Bhrikuti

Dernière modification, le mardi 22 juin 2010.


Un grand merci à Etienne Principaud,
Rescapé de la première traversée Mustang Phu, il a encore la lourde tache de m'accompagner sur les chemins de la connaissance du Bouddhisme tibétain.


Un voyage... "sur les traces du sacré" en compagnie de Bhrikuti et sous la protection de Rigzum Gömpo.

 



Les sommets du Damodar Himal.
De gauche à droite... Bhrikuti Shail 6361 m, le grand col du Tir Hawa La, le Himso Himal 6337 m, et le Shelka Kangri 6358 m


Mais où sont donc les Lacs du Damodar ?


En passant par la Chine... !


François, Jacques et Marcel

"C’est le printemps en Himalaya. Il fait doux au Mustang, presque chaud.
Dans la vallée, les champs forment une mosaïque de vert autour des villages. Plus haut, la végétation est plus timide et les bourgeons des saules commencent timidement à poindre.
Les jours se suivent tranquillement, un quotidien d’itinérance s’installe entre l’équipe népalaise, les muletiers et nous.
Bien plus haut, du premier col, les cimes du Damodar se profilent à l’horizon. Lagula, a plus de 6700 m se dresse, altier et solitaire avec, à ces pieds, Bhrikuti, langoureusement assoupie. Ses formes douces laisse présager d’une ascension sans histoire. Nous n’aurons besoin que de la corde et des crampons.
Pour l’instant, le camp de base s’installe tranquillement au creux d’un vallon près d’une rivière d’eau clair, d’un côté le blanc des glaciers et de l’autre l’ocre d’un désert minéral.
Demain, nous partirons vers notre sommet, la belle Bhrikuti, à la fois déesse bouddhiste et princesse népalaise.»

Au retour d’un voyage, les photos des uns et des autres permettent de se replonger dans cette parenthèse de vie, si riche d’émotions et d’anecdotes. Pour qui aime l’écriture, les quelques mots griffonnés au fil du voyage, sont aussi un beau moyen de revivre les instants les plus marquants. Alors que nous rentrons juste de ce premier voyage vers le Nord du Mustang, j’ai plaisir à relire mon petit carnet, en voici quelques extraits...


Marcel, entre Luri et Guma Thati



Le camp d'altitude du Bhrikuti à 5800 m.


Pierre et Jacques, au sommet.




Et une vue surprenante sur le Pokarkang, un petit sommet de la vallée de Phu.
De bons souvenirs d'une expédition de l'automne 2009.


Un peu plus tard, après la réussite du sommet...
«Au Népal, pour faire de l’exploration et construire de nouveau itinéraire, il faut partir du principe que les cartes sont fausses... Sauf quand elles sont justes.
Nous avons donc réussi notre sommet et nous voici, d’après la carte, aux petits lacs du Damodar. Sauf qu'il n’y a aucun lac ni même de lieu de culte hindous ici !
Le lendemain, la journée avait pourtant bien commencée. Après un petit déjeuner au soleil, nous avons traversé le 1er col à 5000 pour basculer en Chine, puis un second pour vite revenir au Népal. L’équipe népalaise n’en menait pas large et l’idée de se retrouver tous à Beijing ne les faisait pas franchement rigoler. Nous avions donc réussi la partie de la traversée la plus transgressive,tout en restant un minimum de temps en Chine.
Il ne restait plus qu’à rejoindre notre camp, quelque part dans le désordre minéral de la vallée en contre-bas. Sur la carte, le sentier est indiqué directement dans un vallon puis sur une croupe. Sur le terrain, un bon sentier traverse à flan dans des alpages de chortens en chortens.

Règle n° 1: faire confiance au terrain et aux locaux. En avant donc pour le sentier du haut.
Je file devant et l’équipe de cuisine avec les mules suivent à vive allure. Le groupe est plus échelonné, avec l’arrière garde un peu loin, un peu trop loin même. Bien plus tard, au bout de l’alpage le sentier disparait dans de grands plats avec des murs de mani, des chortens et des emplacements de tentes de bergers. Impossible d’aller plus loin. Nous surplombons directement notre camp de ce soir au-dessus d’une falaise infranchissable de plus de 300 m. Il y a bien un raide sentier dans la falaise, mais impraticable avec les mules. Il faut donc faire demi tour et retrouver le sentier marqué sur la carte et qui contourne la falaise.
Il est 17 h et il n’y a aucune trace d’eau dans les environs. Toutes les Kholas sont à sec !

Règle n°2 : ne pas s’engager dans une fuite en avant à la tombée de la nuit, c’est la galère assurée. Demain, il fera jour.
Nous installons donc rapidement notre camp au fond d’un vallon à sec. Tout le monde sait que le repas sera plus que frugal, mais comme la journée a été longue chacun s’endort sans problème.»
Le lendemain matin et deux heures plus tard, nous déjeunons au bord de la rivière. Tout va déjà beaucoup mieux et dans deux jours nous serons à Lo Manthang.
Je suis comblé... Un nouveau trek est né pour rejoindre Samdzong, un village du bout du monde, caché tout au Nord du Mustang.


A Samdzong...





Toute l'équipe ou presque... ?
Mais où est donc passé Etienne et Marie-Christine ?

A Lo, Je me suis replongé dans le livre de Pessel, avec ces descriptions jubilatoires de Lo Manthang.
Aujourd’hui, la ville et ces remparts, capitale du royaume de Lo, n’ont pas vraiment changés. Le roi est toujours en son palais, même s’il est devenu un simple citoyen du Népal. Pourtant, la roue de la vie à continuée à tourner et, en particulier, la route a largement progressé le long de la Kali Gandaki pour rejoindre d’abord Jomosom puis Lo Manthang. Un petit tronçon reste encore à construire, de Chele à Geling. Bien sûr, c’est le plus difficile, mais en saison sèche, les tracteurs et les camions 4x4 font déjà la liaison de Kagbeni à Lo en suivant le cours de la rivière. Et des pistes relient maintenant l’ensemble des villages du Mustang. La route est bien présente et elle sera, dans quelques années, ouverte à la circulation, pour le meilleur comme pour le pire.
Pour le petit monde du trek, c’est un peu la révolution. Au Mustang, les paysages seront toujours aussi spectaculaires, les gompa toujours aussi belles, Rigzum Gömpo toujours aussi présent. Pourtant, rien ne sera plus comme avant et il est temps aujourd’hui d’inventer les itinéraires de demain. C’est ce plaisir unique que nous avons vécu ce printemps à la rencontre du sacré, à la rencontre de Bhrikuti.

Et, il ne faut surtout pas le répéter, nous sommes même descendus directement dans les gorges de la Kali Gandaki, en une journée mémorable avec moult traversées de la rivière et des paysages à couper le souffle, pour préparer le nouveau projet de cette fin d’année 2010... Le Mustang en hiver.

En descendant la Kali Gandaki...





Un scoop !
La Chine envahierait-elle le Népal... ?


Oui... nous sommes bien au Népal, et pourtant les 4x4 viennent de Chine !!!


Regards croisés...

Etienne Principaux



Guru Etienne...

Difficile ce choix.
Que privilégier? L’esthétique de la photo, le côté humain, les couleurs du sacré, ce qui a fait l’originalité de ce voyage ?
J’ai préféré me laisser guider par les émotions ressenties sur l’instant.


Village de Samar
C’est le soir, les tout derniers rayons de soleil éclairent le village. L’atmosphère est très douce, les villageois vaquent à leurs dernières occupations, nos mules (tout comme nous) se déplacent au hasard dans les rues du village sans contrainte.


Sur les hauts plateaux à plus de 5000 m.
Le veille nous avons gravi le Bhrikuti. Nous ne sommes pas encore au Tibet, plus vraiment au Népal mais dans un entre deux immense avec juste l’envie de s’asseoir et d’imaginer mais le vent omniprésent nous balaye bien vite ne tolérant que la terre nue.


C’est le soir après une très longue journée de marche, nous arrivons à Sam Dzong, à la fin de notre traversée du Nord Mustang.
Les difficultés sont derrière nous, nous retrouvons la "civilisation".
Une pierre rouge protectrice posée au milieu d’un champ éclaire notre arrivée.


Cette photo, je l’ai longtemps rêvée.
Un des grands livres sur le Mustang est le recueil des dessins (Earth door, sky door) peints par Robert Powell. Un dessin de cette grotte figure sur ce livre et j’ai éprouvé une grande émotion en la reconnaissant tout en traversant le village de Ghom au nord de Lo Manthang.



Lo Manthang, Thubchen gompa.
C’est un des deux grands temples de Lo Manthang. Il n’est pas d’ordinaire le lieu ou se déroule le culte. Ce matin là cependant une puja y était célébrée. Les rayons du soleil pénétraient en oblique dans la cathédrale de piliers formant le hall d’assemblée principal éclairant au hasard le visage de tel ou tel participant

Paulo Grobel


Une vue exceptionnelle du versant tibétain des sommets du Damodar Himal.
Il y a bien sûr le Lagula au centre, mais aussi tout l'envers du Ratna Chuli et du Chako à gauche. Forcement une prochaine expé...
Et puis il y a ce chemin partagé avec l'équipe de cuisine. Nous cherchons les petits Lacs du Damodar ou plus simplement d'un camp pour cette nuit avec de l'eau.


En souvenir d'une journée mémorable avec Temba le sirdar et Jilke le muletier.
Il est très rare de partir ainsi à la recherche d'un camp de base pour construire un nouvel itinéraire d'ascension.
Pendant ce temps, c'est journée de repos au French Camp pour tout le monde.


Une forêt au Mustang ! Ne riez pas, les arbres sont d'une exceptionnelle beauté.
Le camp était juste sur la croupe d'en face et la veille nous déambulions tout là-haut à la recherche d'un chemin pour descendre.
C'est aussi un paysage très particulier entre les hauts plateaux et les gorges minérales. Surprenant !


Le jour du sommet avec Christine et François. Rien de bien difficile mais le plaisir d'être en haute altitude.
Et certainement une première féminine basque !


Une journée "cadeau"... et tellement originale. Le groupe c'est divisée, les uns passe par Chele et le sentier normal et nous voici à quelques fous à descendre directement la Kali Gandaki de Giling à Chele. Une journée fantastique où nous traverserons 70 fois la rivière.
Heureusement nous sommes au printemps et l'eau est à la fois très basse et chaude.

 


Un petit clin d'oeil à mes partenaires
logo


Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal, les lunettes Adidas

logo

logo

Mais aussi avec Triple Zero pour les duvets, CILAO pour les sacs à dos, les baudriers light.

Et bien sûr, l'IFREMMONT pour son soutien et suivi médical.

logo


Ce voyage à été réalisé avec l'agence Tirawa.

Et je vais certainement le reconduire durant l'été 2011 à l'occasion du pélerinage annuel de Janaï Purina, à la pleine lune d'août

Un grand merci à toute l'équipe...


Chhotemba, Gyalzen et Temba
La bande des porteurs d'altitude qui cette fois-ci n'ont rien portés du tout...
C'est pas mal des mules qui montent jusqu'au camp d'altitude ? Non ???


Dané Magyar.
Le plus souvent invisible, caché dans la cuisine.


Dawa Sherpa, nous nous souviendrons longtemps de ton sourire au Morning tea


Jilke... Un muletier plein de surprises et de ressources.
Compagnon de route d elongue date avec des aventures de plus en plus improbables.
A bientôt, pour le prochain Bhrikuti !!!




> fermer la fenêtre