L'ascension du Cho Oyu...,
à l'automne 2012
et le projet "The Cho Oyu Experience"




> fermer la fenêtre

Retour à la page d'accueil


Dernière mise à jour le 10 septembre 2011



En route vers le sommet !

Le Cho Oyu en "progression douce"

Pour ce changement de saison, tout sera plus facile.
Je connais maintenant parfaitement les lieux et je comprends un peu mieux comment est organisé l'intendance chinoise pour le camp de base.
Voici donc le deuxième volet du projet "The Cho Oyu Expérience".
Pour mieux comprendre les réalités de cette ascension, je vous invite à consulter les informations techniques de la page topo et de rentrer dans l'ambiance avec le compte rendu de l'expédition du printemps 2011.
Ce changement de saison nous invite aussi à changer notre lieu d'acclimatation. C'est encore la mousson au Népal, il est donc plus pertinent de construire un voyage à partir de Lhasa. Pour une acclimatation à la fois culturelle et active.
Et justement, j'ai beaucoup de choses à vous proposer pour sortir un peu du cadre très formaté imposé par nos amis Chinois. En particulier, après une visite de Lhasa, je voudrais m'attarder un peu autour du monastère de Sakya.
Pour visiter le monastère principale de cette ecole Bouddhiste et visiter les villages des environs. C'est une page importante de l'histoire du Tibet qui a été écrite ici et c'est aussi un moyen de mieux comprendre les réalités du Dharma.


Dates :
Le départ est prévu pour le samedi 1 septembre 2012… et le retour, pour le dimanche 14 Octobre 2012
La première rencontre de préparation sera le

Budget :
Très important, forcement. Aux environs de 11 800 €...

Au fil des jours :

J1 Départ de Paris   J23 ASC 8
J2 Arrivée à Katmandu   J24 ASC 9
J3 Kathmandu, derniers préparatifs   J25 ASC 10
J4 Vol Lhasa et acclimatation au Tibet, ACC 1   J26 ASC 11
J5 ACC 2, Lhasa   J27 ASC 12
J6 ACC 3, Shigatse   J28 ASC 13
J7 ACC 4, Sakya   J29 ASC 14
J8 ACC 5, Sakya   J30 ASC 15
J9 ACC 6, Sakya   J31 ASC 16
J10 ACC 7,Tingri, 4350 m   J32 ASC 17
J11 ACC 8, Camp de Base Chinois   J33 ASC 18
J12 Trek vers le camp de base   J34 ASC 19
J13 Trek vers le camp de base   J35 ASC 20
J14 Camp de Base Avance, 5600 m   J36 ASC 21
J15 Repos   J37 ASC 22
J16 ASC 1   J38 retour au camp de base
J17 ASC 2   J39 Camp de base. Rangement.
J18 ASC 3   J40 Trek intermediate Camp, bus pour Nyalam
J19 ASC 4   J41 Transport Baktapur avec passage de la frontière,
J20 ASC 5   J42 Baktapur
J21 ASC 6   J43 Départ de Kathmandu
J22 ASC 7   J44 Arrivée à Paris
  • 9 jours de voyage
  • 5 jours de trek
  • 23 jours en montagne
  • 7 jours de repos, de shopping ou de visite

Soit 44 jours de voyage.

Les choix de progression pour l'ascension.
Voir la page spéciale sur mes choix pour ce Cho Oyu 2012... Une stratégie que j'aurais aussi l'occasion d'expérimenter pour le Makalu II au printemps.
Le topo précis de l'ascension permet aussi de mieux comprendre le déroulement de cette expédition.


Le Camp de Base Chinois, où s'arrête officiellement les véhicules de la CTMA (camion et 4x4).
C'est là que nous avons rendez-vous avec les Yackmen et les yacks.
Mais en réalité, il est possible d'aller plus loin à Intermediate Camp avec un règlement direct au chauffeur.

La taille du groupe...
Le groupe des voyageurs (comme dit l'Firmin) est limité à 8 personnes.
Huit participants et 2 personnes à l'encadrement, Bikram Singh et Paulo Grobel.
Soit 3 tentes de trois personnes + la (ou les) tentes des Népalais.
Des porteurs d'altitude nous accompagneront vers le sommet pour nous aider à transporter le matériel nécessaire. Mais surtout, tout le matériel sera acheminé au Déposit Camp puis au camp 1 par les porteurs tibétains.

Les moyens utilisés pour l'ascension...
Avoir le choix dans la manière dont nous réalisons une ascension nous "oblige" à définir le sens de notre pratique de la montagne et des valeurs qui la construisent.
Voici mes points d'ancrage...
1..., Pas de dopage à l'oxygène.
2..., Être ensemble
3..., Être encordé
4..., Limiter le plus possible notre impact sur l'environnement :

  • par un groupe à taille humaine
  • par une utilisation raisonnée/raisonnable des moyens utilisés.
  • par une attention à nos déchets, au tri et à l'évacuation.

La partie ascension...
Nous débuterons notre expédition par un voyage au Tibet pour nous acclimater le mieux possible dans le premier étage hypoxique entre 3000 et 4500 m, avant de rejoindre le Camp de Base.
Puis la montée au camp de base se fera le plus doucement possible.

Pour la partie technique, nous utiliserons l'itinéraire classique, mais en doublant approximativement le nombre de camps et sans retour au camp de base, c'est "la progression douce™".
Nous consacrerons ainsi deux ou trois jours pour changer d'emplacements de camp, avec un jour de repos tous les 1000 m.
A la descente, nous redormirons au même dernier camp (à 7600 m), avant d'encaper direct au camp de base !

Et voici la page dédiée à l'itinéraire et aux camps d'altitude d'une ascension en "progression douce".

Compléter par une réflexion sur les stratégies de déplacement.


Niveau des participants :
Quel est d'après vous :

  • La forme physique minima ?
  • Le niveau technique en alpinisme nécessaire ?
  • L'expérience en haute altitude souhaitable ?
  • Le temps disponible/nécessaire à la préparation, en France ?
  • L'âge maxima raisonnable ?

Pour participer à cette expédition... Comment faire partie de l’équipe ?
Une logique de cooptation mutuelle. De la notion de client à celle de "co-équipier".

Les modalités d’inscription que je souhaite utiliser illustrent la tonalité des expéditions que j’encadre. L’objectif est de se déplacer de la notion de «client» vers celle de «co- équipier» pour construire un groupe solidaire, compétent et dynamique, impliqué dans la réussite du projet.
Mais pas de souci... Il ne s’agit pas pour moi de me soustraire à mes devoirs, obligations et responsabilités, bien au contraire. C’est simplement une autre manière d’aborder le sujet, plus en cohérence avec mes valeurs, la nature de ces projets parfois très complexes et ma vision des choses.
Toutes la partie administrative : le règlement, l’aérien, les assurances, est assurée par SERAC, une association de tourisme, dont je suis membre, qui regroupe des guides et des accompagnateurs.
C’est donc à elle qu’il faut s’adresser pour une demande d’inscription, via le site internet de SERAC. Attention, n’attendez pas pour faire une demande d’inscription, car mes voyages se remplissent très vite.

En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible. Elle regroupe toutes les informations minimales concernant le voyage. Il vous suffit de cliquer sur le lien dans le site de SERAC.

Le lien pour s'inscrire au Cho Oyu 2012

La préparation de l'expédition commencera effectivement lors du we de rencontre de toute l’équipe. Elle est donc fondamentale car elle permet de valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.

Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posées :
soit

  • par mail, (le plus simple),
  • par téléphone fixe 04 76 79 99 68 ou mobile 06 42 90 75 34. 

N’hésitez surtout pas !
Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
Appelez SERAC au 04 76 86 46 84  Noëlle peut également vous répondre. Elle connait parfaitement le domaine des expéditions et Stephanie avec son expérience dans le monde du voyage, pourra vous informer sur votre réservation aérienne , le suivi de votre demande de réservation, entre autre.

"The Cho Oyu Experience"
Cette expédition au Cho Oyu fait partie d'un projet bien particulier qui m’accompagne pendant trois années consécutives (2011, 2012, 2013).
Trois années exceptionnelles, concentré sur le même projet.
Une durée indispensable pour me permettre d'approfondir la notion de guidage en haute altitude :

  1. Comment organiser le mieux possible une expédition au Cho Oyu, pour que chaque participant ai le plus de changes possibles de bien vivre cette ascension et de réussir son sommet ?

  2. Comment améliorer mon travail de « Guide à 8000 » ?

C’est pourquoi est né « The Cho Oyu Experience », pour approfondir ma connaissance de la montagne en réalisant son ascension plusieurs années de suite, et pour pouvoir me concentrer sur l’accompagnement de mes compagnons de voyage et sur la gestion de l’ensemble de l’expédition.

On retrouve la notion "d'exercitium ad integrum » développée par Maître Dürckheim… ou l’idée de "séries", chère à Monnet.


L’idée centrale de ce projet est d'approfondir les connaissances de la haute altitude et des ascensions à plus de 8000 m, avec des recherches dans différents domaines scientifiques.

Les mots-clefs sont : connaissances, recherches et innovations.

Il s’agit d’un projet qui s’installe dans la durée et qui s’appuie sur l’organisation de trois expéditions visant l’ascension du Cho Oyu, sur le versant tibétain de l’Himalaya.
Ces expéditions sont programmées sur trois années successives (printemps 2011, automne 2012 et printemps 2013), pour approfondir ma connaissance de la montagne avec ces réalités techniques et me permettre ainsi de me consacrer entièrement à la progression en haute altitude.

La haute altitude est au cœur du sujet avec des questions clefs :

  • Quelles conditions réunir pour réussir le mieux possible l’ascension du Cho Oyu en progression continue ?

  • Comment améliorer l'encadrement et la gestion d’une ascension d’un sommet de 8000 m, en « progression douce »™ ?

Les champs de recherches...
Ils sont très variés et peuvent porter sur :

  • la physiologie et le domaine médical
  • la nutrition
  • le matériel
  • le management
  • La psychologie des groupes restreints
  • Les domaines culturels
  • La montagne et ses accès

 

 

 


A bientôt...
N'oubliez pas de lire la suite en bas de page.

Un petit clin d'oeil à mes partenaires
logo


Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal, les lunettes Adidas

logo

Mais aussi avec Triple Zero pour les duvets, CILAO pour les sacs à dos, les baudriers light.

Et bien sûr, l'IFREMMONT pour son soutien et suivi médical.

logo

 

Les "Plus" de ce voyage :

  • Un projet au long cours qui pose les questions fondamentales de la qualité d'une ascension d'un grand sommet de plus de 8000 m.

  • Un projet qui est directement connecté à ma pratique de "guide à 8000" et au coeur de mes préoccupations.

  • Le plus abordable des 8000, ce qui ne signifie pas que c'est une ascension facile !!!

  • Une belle montagne, avec du caractère. Bien sûr, trop, et bien mal fréquentée.

  • Un groupe volontairement limité à 6 personnes (cinq participants et le guide), pour plus de proximité et simplifier nos déplacements

  • Une réelle attention aux moyens que nous utiliserons.
    Sans oxygène, bien sûr, avec une progression en cordée et une utilisation minimale de corde fixe, avec une réelle mise "hors du monde" pour privilégier notre vécu personnel en haute altitude.

  • Une progression douce pour prendre en compte les paliers hypoxiques, pour respecter notre corps, pour respecter la montagne et les personnes qui nous entourent ou nous accompagnent.

Et déjà des sujets de recherche...

  • Quelles sont les différentes possibilités d'acclimatation ?
    Les différents itinéraires possibles, avec une durée globale de 6 semaines ?

  • Quelle tente choisir pour une progression continue ? Avec un travail en cours sur un nouveau modèle...

  • Pour le médical, une étude sur l'oxymètre et les symptômes du MAM, avec l'IFFREMONT.

  • Sur les variations des fréquences cardiaques en continu durant toute la partie ascension.

  • Pour le matériel technique. Quel matériel choisir pour un 8000.

Mais aussi des pistes :
pour une étude sur le sommeil en altitude

pour étudier les problématiques de management en situations extrêmes avec Pascal Lièvre.

Pascal Lièvre est Maître de Conférences (Habilité à Diriger des Recherches) à l’Université d’Auvergne, et depuis 2009, détaché à la recherche en tant que Professeur au Groupe ESC Clermont.
Il est responsable de l’axe de recherche au sein du Centre de Recherche Clermontois en Gestion et Management EA 3849 : Management des Situations Extrêmes depuis 2008. Il a publié une vingtaine d'article dans des revues académiques. Il a dirigé une dizaine d'ouvrage. Il a récemment co-dirigé le numéro spécial de la revue américaine "Project Management Journal"
sur le management de projet en environnement extrêmes (2010) et co-dirigé un ouvrage aux Presses Universitaires du Québec "Gestion de projet et expédition polaire : que pouvons-nous apprendre? (2011)
http://www.crcgm.fr/management-des-situations-extremes.html
http://www.crcgm.fr/pascal-lievre.html

 


> fermer la fenêtre