Mustang Phu
L'incroyable voyage
"Les alpages de Phu", un itinéraire de trek entre Phu et Naar




> fermer la fenêtre

Les autres pages de ce dossier...
Bonne lecture et bon voyage.

Retour à la page d'acceuil

Dernière modification le 6 janvier 2009


Du village de Phu à Naar par "Les alpages de Phu"

Depuis longtemps, je voulais prendre le temps de parcourir cet itinéraire.
A l'automne 2003, durant l'expédition à l'Amotsang, Jocelyn Chavy, Camille et Niels Martin, en étudiant des cartes bien approximatives, ont réalisés une liaison depuis la vallée de la Labse Khola jusqu'à Phu. Un article de Trekmag, sur "la Very Lost Vallée" raconte cette expérience d'une arrivée à Phu par le haut.
C'est le même itinéraire que décrit Tilman dans son livre "Nepal Himalaya". En 1950, il a rejoins le Mustang en traversant le Mustang La. Quel grand bonhomme... !
Aujourd'hui, ce col s'appelle le Teri La. C'est un très beau passage entre le Mustang et Naar, sans parcours glaciaire.


Une photo de Jocelyn et la première remontée depuis la Labse Khola.


A la descente du premier col vers la vallée de la Loha Khola. De gauche à droite, Himlung,Nemjung et Gyajikang.

La traversée de l'autome 2008.


Tout commence à Phu, bien sûr.


Depuis le haut de Ubi, le début de l'itinéraire en partant de Phu.
Il faut traverser les deux premier ensemble de champs cultivés, traverser les maisons de Ghomren, puis traverser à flanc jusqu'au chorten en suivant le canal d'irrigation.

Les alpages de Phu permettent de rejoindre Naar par le haut en partant directement de Phu.
Cet itinéraire évite de refaire en sens inverse le trajet Meta Phu et transforme un aller retour à Phu, en une boucle très esthétique et particulièrement sauvage.
Cela permet d'imaginer un circuit complètement dédié à ces deux vallées, Phu et Naar, avec des randonnées à la journée depuis Phu pour compléter la découverte des lieux.
La nouvelle route en construction dans la vallée de la Marsyangdi va bientôt rejoindre Koto. Elle n'est pas encore carrossable, par contre, elle modifie radicalement le caractère de cette partie du tour des Annapurna.
Il n'est peut être pas stupide d'imaginer dans quelques années un accès en jeep à Koto. Cette boucle de Phu à Naar, jusqu'à Ngawal deviendra alors beaucoup plus pertinente.
Même aujourd'hui, il n'est pas obligatoire de toujours vouloir traverser sur Jomsom, par le Thorong ou le Tilicho pass, après une randonnée dans la vallée de Naar et Phu.

Un itinéraire de trek exigeant.
Il faut trois jours pour relier les deux villages avec une équipe de trek, et dans de bonnes conditions.
C'est l'étape du milieu, qui pose le plus de problème, car elle se déroule hors sentier et en grande partie sur une crête.
La première et la troisième journée se déroulent sur de vrais sentiers, la plus part du temps confortables.
Bien sûr, Il n'y a pas de lodge et le matériel de camping est donc obligatoire.

Une faune abondante.
Il est difficile d'observer la faune au Népal, sauf à quelques rares exceptions.
Lors de ce parcours à l'automne 2008, peut être parce que j'étais seul et discret, j'ai vraiment eu beaucoup de chance en apercevant des léopards des neige, mais aussi plusieurs grands troupeaux de Bharals. Et bien sûr, rapaces, perdrix et tétraogale. Dis, Erige, comment ça s'écrit ?

Wilderness...
Les phrases précédentes indiquent clairement le caractère de Wilderness de ces lieux.
Lors de mon passage, je n'ai trouvé aucun détritus dans les emplacements de camping, ni sur l'itinéraire parcouru.
Il ne tiens qu'à nous de préserver cette wilderness en y portant une constante attention.
Concrètement, cela veut dire ne surtout pas déléguer le problème des ordures à l'équipe népalaise. Mais, au contraire, lui "mettre la pression" et en profiter pour faire une vraie sensibilisation à cet aspect du tourisme en montagne.
Je sais pertinemment que c'est difficile et que nous avons d'autres choses à faire.
Mais, nous sommes directement responsable de l'état des lieux que nous fréquentons, même si ce n'est pas nous qui les polluons directement.

Les cartes.
La plus simple à se procurer: "Naar Phu, the lost valleys", au 1/60 000, chez Nepamaps.
Le fond cartographique correspond à celui des cartes topographiques finlandaises. Par contre, l'itinéraire n'est pas tracé.
Je travaille actuellement avec Nepamaps pour sortir une carte "Mustang Phu" où l'itinéraire sera indiqué.
Autre solution, utiliser directement les cartes finlandaises que vous pouvez acheter chez Map of Nepal à Kathmandu.
DAMODAR HIMAL, 2884-01
PHUGAU GHOMION, 2884-02
+ la 2884-05 pour Naar


Depuis les derniers champs de Ghomren, le grand chorten marque la limite du territoire du village.
Le sentier suit le canal d'irrigation, puis redescend dans une petite gorge pour continuer sur l'autre versant.
Le col est juste en face...


Une photo prise la veille, depuis le petit sommet à 4746 m.
Le premier trait bleu indique la traversée de la gorge, puis il y a des bergeries au 3ème trait. Le sentier est très bien tracé jusqu'au col.


Dans la traversée finale. Il y a même un petit lac dans un repli de terrain juste avant le col.

De Phu à la vallée de la Loha Khola.
C'est un itinéraire exclusivement sur sentier et qui passe un col à 5039 m, qui s'appelle peut être le Langmoso La.
Horaire :
dénivellée :
Description :


L'autre côté du col. Longtemps en traversée, puis en descente presque jusqu'à la rivière.
Le rond rouge indique l'emplacement de camping.
Tranquillité assurée

De la vallée de la Loha Khola à celle de la Labse Khola.
C'est un itinéraire exclusivement hors sentier et qui traverse un petit sommet à 5432 m.
On pourrait le qualifier de "randonnée alpine" dans notre jargon. Il n'y a pas vraiment de difficulté technique nécessitant un matériel spécifique, mais il faut être à l'aise en tout terrain.
L'absence de sentier demande un minimum de compétence en orientation, par contre les cartes sont précises et le terrain ne comporte pas de piège.
Horaire :
dénivellée :
Description :


Une photo prise d'en face, lors de la traversée du 1er col.
La croix la plus à gauche indique l'endroit où j'ai rejoins le point bas de l'arête. A priori, c'est l'itinéraire le plus rapide.
A une période moins enneigée, la flèche en pointillée indique un chemin alternatif, peut être plus confortable et qui évite la traversée complète de l'arête. ce chemin devrait rejoindre directement le petit rond bleu qui indique le col qui permet de basculer facilement de l'autre côté.


Au début de la traversée sur l'arête, le col, marqué d'une petite croix semble très éloigné.
Mais en définitive, le parcours de l'arête est assez rapide.



Un peu plus loin.
Avec toujours le même terrain détritique. La neige, lors de ce parcours, rendait l'itinéraire plus complexe, mais il n'aurait pas posé de problème à des porteurs bien équipés, qui sont souvent très efficaces dans ce style de terrain.


Le style de terrain de l'autre côté, dans la descente.
Il n'y a toujours pas de sentier. Le plus simple consiste à descendre relativement directement, sans chercher à couper les pentes en biais. Il faut récupérer le gros sentier en bas dans la vallée. Il conduira facilement aux bergeries du deuxième camp.

De la vallée de la Labse Khola à Naar.
C'est un itinéraire exclusivement sur sentier et qui correspond à l'itinéraire d'accès au Teri La.
Il est, un peu, emprunter par les trekkeurs et beaucoup par les bergers.Car, il y a de nombreuses bergeries dans la vallée de la Labse Khola.
Horaire :
dénivellée :
Description : il suffit de suivre le sentier rive gauche jusqu'au grand pont suspendu. C'est une descente très népalaise avec beaucoup de remontées. Le sentier traverse plusieurs hameaux de bergeries aux belles constructions.
La remontée finale pour déboucher sur le plateau de Naar est particulièrement sévère. Du dernier petit col avec un chorten, Naar est a porter de mains.
Il y a maintenant des lodges à Naar. Et en particulier Sankti Lodge.
Depuis Naar, deux solutions s'offrent à vous. Soit descendre directement à Koto par Meta. Soit traverser le Kang La.



Les dernières bergeries. Juste derrière, le sentier descends définitivement jusqu'au grand pont de Naar.


La Labse Khola, qu'il faudra traverser...


... heureusement sur un pont relativement récent.
Des glissements de terrain ont rendus cette partie de l'itinéraire peu confortable, surtout pour les porteurs. Mais, de l'autre côté, tout ira mieux. A part la montée finale !


Le chorten qui marque la fin de l'étape. Naar est à dix minutes au bout du plat.
En face, un versant méconnu du Pisang Peak, avec un bel itinéraire à ouvrir.

Si vous avez effectué cette traversée, vous pouvez contribuer à compléter ce 1er topo.
Merci d'avance...
Il suffit de me contacter par mail.

Et bien sûr, un dernier petit clin d'oeil à mes partenaires habituels

Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal.

avec : Triple Zero pour les duvets et les lunettes Adidas

logo

logo


 

> fermer la fenêtre