Ratna Chuli, 7035 m
Le compte rendu de l'ascension

Automne 2009




> fermer la fenêtre

,Les autres pages de ce dossier.

Si vous souhaitez faire un commentaire sur cette page, pas de souci... utiliser mon blog.
Son nom : "Exploring the Himalayas"

Retour à la page d'accueil

Dernière mise à jour le 22 février 2010 avec des photos et commentaires de Ernst, le guide de l'expé Suisse




Depuis les hauteurs de Phu, notre Ratna Chuli est encore bien loin.
La petite croix rouge indique "le col du haut" vers 6500 m où nous nous sommes arrêtés.

"De mes trois expéditions au Népal en cet automne 2009, l'ascension du Ratna Chuli a été celle qui m'a le plus marqué. Nous n'avons pas réussi à atteindre notre sommet, qui pourtant était juste à portée de mains...
Par contre, les expériences vécues ont profondement modifié ma manière d'aborder l'organisation et l'encadrement de mes expéditions Himalayennes.
Rien ne sera plus jamais comme avant...
"
Paulo, décembre 2009

Les photos qui ont servi à la préparation du voyage.


Une photo très intéressante qui m'avait été envoyée par Yannick Marietti, suite à une tentative à l'automne 2007.
Il faut la comparer avec celles de cette année... Merci encore à Yannick pour l'aide apportée !


Avec en arrière-plan, une vue intéressante du Chako !

L'ascension en images...


©Michelle
A Bouddhanath, à la tombée de la nuit, juste à côté de notre hôtel.
J'adore ces instants de ferveur... à la lumière des offrandes, où chacun vaque à ses prières nocturnes, au milieu de tous ces gens qui se croisent et se mélangent...


©Jean


©Jean
C'est drôle comme c'est le plus mécréant d'entre nous qui prend les plus belles photos des bondieuseries !

©Jean
Quoi que....

©Jacques
Maître Zen ou Mister Jean, dans la quiétude d'un après-midi à Phu. Se fondre dans la pierre....

Les photos du trek jusqu'au camp de base sont dans une page à part...

Et la suite des photos de Phu se retrouve également dans une page spéciale...


Notre camp sur la maison de Sonam ©flo

©Denis
Être le plus proche possible de la vie des gens d'ici...

phu©Jacques
... et faire marcher le commerce local !!!

©michelle
Les remontes-pentes de Phu...


©michelle

 

Ambiance de trek... et camp de base...
Les photos du trek jusqu'au camp de base sont dans une page à part...
navré...


trek©Jeando

trek©Jeando
Ne surtout pas oublier la déco !

trek©flo

©michelle

©jacques
Le gardien des yacks de Pangri... il est déjà en photos sur le site, il y a bien longtemps à Salde Kharka.
Avec Jean Do nous passerons un moment exceptionnel avec lui dans sa bergerie à boire du thé et manger du yaourt.
Et Jean Do en sera malade jusqu'à Kathmandu !

©Denis

©flo
Un instant très particulier au petit matin, et avec Jacques la discussion entre deux paysans.
Comment lui expliquer que nos vaches donnent plus de 20 L de lait par jour ?


©Paulo


Je n'aurais jamais cru que notre muletier allait réussir à conduire ses mules jusqu'au camp de base, avec toute cette neige.
©Paulo


Originaire de Gorka, il me semble qu'il est de la même famille que Kishor.
Et il s'occupera du portage du matériel pour mes deux expéditions à Phu. Le Ratna et le Pokarkang...
C'est vraiment très agréable d'avoir une équipe permanente et de toute confiance ! ©Paulo

©Denis
Allez au boulot...

©Denis
Et voilà le travai,l quelques heures plus tard.


©Paulo

©Jeando
La tente cuisine et la tente Mess de l'équipe népalaise.
Pas facile de décrypter la signification de cette photo. Mais c'est l'illustration des choix pour faciliter le travail de l'équipe.
Personne ne dort dans les tentes mess ou cuisine car tous les niveaux de l'équipe ont des tentes perso. Et la tente Mess népalaise ne sert que de tente mess pour qu'ils puissent aussi se retrouver entre eux confortablement.


Et de la même manière, notre tente Mess ne sert que de tente Mess...et non pas de dortoir pour l'équipe. ©Jeando

©flo
Jean, Denis et Jacques

©Jean

©Jean
Marie et Flo

©flo
Marie... et l'Himlung tout au loin.


En direction du camp 1...


La première vue de notre sommet, juste au-dessus du camp de base.
Le Ratna est la cime la plus à droite. Le col au centre de la photo aurait dû être l'emplacement de notre camp 3 ou 4. Et le col à gauche se situe au-dessus du camp 2, c'est aussi le passage le plus technique de la voie. ©Paulo


Premier aller-retour sur les moraines du glacier, qui cette année sont très enneigées.
La veille, avec l'équipe népalaise, nous avons fait la trace et décidé de l'emplacement de notre 1er camp. ©Paulo


A mi-chemin entre le camp de base et le col, notre camp 1, sur un petit replat enneigé. ©Paulo

©Jacques

©Jacques
Un petit clin d'oeil à nos amis Suisses.

Entre camp 1 et camp 2, la montée au col...


Marie et Jean-Charles au départ du glacier. Il s'agit aujourd'hui d'aller déposer quelques affaires au col et de monter en altitude. ©Paulo

©michelle

©flo


Une première vue de la pente sommitale. Un peu pentue mais pas extrême. ©Paulo


Le col en ligne de mire... ©Paulo


Au début du glacier, Gyalzen et Mingma. Et oui, même les alpinistes Népalais sont encordés. ©Paulo


Avec jean Do, pour une première montée au col du camp 2. ©Michelle


Encordé avec Michelle, lors d'une descente entre le camp 2 et le camp 1. ©Paulo

©Jeando


J'aime beaucoup les montagnes en face de Michelle. Il y a ce col au bout de nulle part et une autre vallée qui s'ouvre vers la droite.
Un endroit idéal pour se perdre à ski. ©Paulo


Les jeunes Népalais, encordés eux aussi ! ©Paulo


Pasang Sherpa et Kishor Gurung juste avant la zone crevassée, en débouchant sur le col. ©Paulo


La dernière pente juste un peu "pentue", avant le col. ©Paulo

©flo
Une cordée toute tranquille, reliée depuis plus de 20 ans ! Et pour Jean Do la découverte de l'Himalaya, enfin !


©michelle


©michelle


Le camp 1 des Suisses Allemands, bien deux heures plus loin que le nôtre.
Je me demande comment s'est déroulée leur expédition et pourquoi eux non plus n'ont pas été au sommet cette année. ©Paulo

Un peu plus tard, voici la réponse de Ernst, le guide UIAGM de l'autre expé.
"We followed your steps up the steep face to the ridge opposite of Ratna Chuli Main Summit and climbed the snow summit to the right hand. I think for the main summit we would need 2 ? 3 days more and some fixed lines around the rock barrier below the summit. I thought there would be more snow in the post monsoon season and didn?t want to take a risk in this very remote area.
Anyway we had a good time and climbed a nice summit."


Au col, notre camp 2 à 600xx m

©Denis


A l'horizon, l'Himlung et le Nemjung, d'autres 7000 de la vallée de Phu. J'y retournerai en 2011 pour trouver un itinéraire de l'autre versant.
Et saviez-vous que Phu est le lieu qui regroupe le plus de 7000 abordables de tout le Népal, avec encore une foultitude d'itinéraires à ouvrir ? Il y a même des sommets vierges et des traversées inédites. ©Paulo


Denis, en plein rangement... ©Paulo

©Jean


Instants d'intimité dans l'espace préservé de la tente d'altitude. Un élement indispensable de notre plaisir d'être si haut.
Flo et Marie... ©Jacques

©flo

©Jacques

©JeanDo


La tente de Chhotemba et la suite de notre itinéraire. ©Paulo


©Marie


Le passage technique entre camp 2 et camp 3. Par où allons nous passer ?
Comment franchir la zone un peu tourmentée au milieu de la face ? ©Paulo


Une superbe arête sur le bord de la face et un sommet sans nom... ©Paulo

Jour de repos et "RTT Himal"

©JeanDo

©JeanDo

©JeanDo

Entre 6000 et 6500 m, vers notre camp 3 et "le col du haut"...

 

©Denis


Aujourd'hui, nous partons faire la trace dans la pente au dessus du camp 2. Je fais cordée avec Gyalzen et juste devant, Chhotemba fait la trace avec Mingma. Nous inverserons un peu plus haut, et avec Gyalzen nous tracerons l'ensemble de l'itinéraire.©Paulo



Chhotemba et Mingma. ©Paulo


Pas vraiment à l'aise le Mingma, heureusement que Chhotemba a passé tout son été dans les Alpes.
L'assurage est au top ! ©Paulo

©Denis
Nous voici sortis des difficultés...


A la descente, le petit mur de sérac équipé d'une corde fixe.©Paulo


Et Chho qui descend en rappel. ©Paulo


Il est presque 5 h de l'après midi, nous arrivons au camp 2 après une belle journée d'alpinisme et d'équipement.
Nous avons trouvé le passage vers le haut. Tout va bien ! ©Paulo

©Denis


Et voici le tracé de notre itinéraire.
Nous avons un peu galéré avant la traversée vers la droite car nous avons essayé un cheminement à gauche, vers une zone a priori moins raide. Mais il y avait des crevasses gigantesques et avec Gyalzen nous nous sommes faits un peu peur. C'est pourquoi, de retour plus à droite, nous avons posé une corde en main courante. La pente devenait aussi un peu plus exposée, jusqu'au pied d'un petit mur d'une crevasse. Heureusement, j'avais mes piolets un peu techniques. Pour dire aussi que ce n'est pas uniquement les Népalais qui font tout le boulôt d'équipement. J'apprécie énormément ces moments que nous passons ensemble avec Chho ou Gyalzen, en pleine montagne, un peu comme au Kanjiroba l'année dernière ou au Gurkarpo Ri. Nous faisons vraiment de l'alpinisme ensemble, sans clivage de nationalité ou de statut. A la sortie du passage un peu raide, je vais de nouveau me tromper en tirant une longueur tout à droite à l'angle du sérac. Retour à la case départ pour descendre sur un replat et traverser à gauche. Cette fois c'est le bon choix et nous pouvons de nouveau continuer à corde courte jusqu'à un replat. Nous y déposerons nos affaires car il est bientôt 4 h de l'après midi. Le lendemain, Chho aura pour tâche de continuer la trace vers le col dont on devine la pente sommitale et qui ne pose pas de problème. Je le soupçonne de s'être laissé convaincre par Mingma de poser une deuxième corde fixe dans ces pentes à 40° où la neige était profonde. Car nous aurions pu passer différemment en faisant de larges zigzags. Ce qui aurait peut être évité des gelures ultérieures... ©Paulo

Et des photos de Denis, prises depuis le camp du col... durant toute notre progression.


Dans le début de la montée. La 1ère cordée, c'est Gyalzen et moi, et la deuxième Chho et Mingma.
L'encordement est top... Super le Chho. ©Denis


Damned, impossible de passer, les trous sont gigantesques... Demi-tour immédiat pour essayer vers la droite. ©Denis


Bon, ça passe pas non plus par le bas... Faut passer tout droit. ©Denis


Un peu plus tard, à la descente. ce passage semble vraiment minuscule dans la montagne.
Il y a une trace qui part vers la droite, mais c'est aussi une impasse. C'est à gauche qu'il fallait passer. ©Denis



Une photo de Michelle, avec les trois cordées en action. Au premier plan, Flo et Jacques, puis Jean et moi et enfin Marie et Denis.
©Michelle

©Paulo
Notre cordée Helvétique, Florence et Jacques, avec en arrière plan, Michelle et Jean Do.
Comme dans les Alpes !


Encordé avec Jean, encore une belle journée d'alpinisme... pour rejoindre notre camp des séracs.
©Michelle


©Michelle

©Paulo
Michelle et Jean Do.

©Jean

©Jacques
Juste un coup d'oeil à la corde de ces deux cordées... c'est drôle la tension n'est pas la même.
L'attention de quoi ?

©Jean

camp
Le "camp des séracs" et la tente de Denis et Jean, juste en contrebas de la nôtre. ©Paulo


Bon, il est déjà un peu tard pour installer le camp, la journée à été longue... ©Denis

©Jean
Une vue depuis la tente !!!

©JeanDo

En direction du "Haut Col"

©Jean

©Jean

Depuis "le col du haut", la suite de notre itinéraire.


Avec Jean-Do, nous voici de l'autre côté du col. Nous nous sommes mis à l'abri de la corniche pour mieux observer la suite de l'itinéraire.
La neige est plutôt bonne, un peu profonde mais pas trop et il n'y a pas d'accumulation.
"Comme ça, c'est un peu impressionnant mais avec une trace, ce n'est plus le même monde."

En moins d'une heure nous serons à notre camp et il est seulement midi. ©Paulo


Une vue juste un peu plus large.
Pas de souci, il y a largement de la place pour installer un camp, un peu en contrebas du col. ©Paulo


Même la partie finale de notre ascension n'est pas vraiment impressionnante bien que nous soyons de face. Mais je me méfie quand même, car tout va dépendre de la qualité de la neige. Vers le haut, ça penche quand même un peu ! ©Paulo

©Ernst
Une vue encore plus rapprochée du sommet, avec la dernière partie de l'ascension.
Les suisses vont faire demi tour à ce point, car l'équipement de la pente en cordes fixes leur demanderait trop de temps.
Et, comme ils évoluent depuis le début de l'ascension sur les cordes fixes, impossible pour eux d'envisager le sommet en cordée alpine.


Et une vue surprenante en direction du Tibet. Damned, il n'y a plus de montagne à l'horizon. ©Paulo

©Ernst
Mais si, il y a le Lopu Kangri un sommet à 7095 m au Tibet. Une photo de l'expédition Suisse au col où nous avons fait demi-tour à cause d'un vent d'enfer et un froid de canard. Visiblement, ce n'était plus le cas quelques jours plus tard.

A la descente...

©Jean

©Jacques


Un peu de repos à l'abri du vent à l'emplacement de notre camp des séracs.
La montée et la descente au "col du haut" ont été vraiment rudes à cause du vent et des températures un peu fraîches.
Tout le monde est un peu marqué, sans réaliser tout à fait que c'est la fin d'une histoire. Ou plutôt la fin d'un chapitre car il nous faut encore descendre et rentrer à Phu. ©Paulo

©Jean
Tout le monde est très concentré. Il s'agit maintenant de redescendre à la maison...

©Jacques
Michelle...

©michelle
... Et les doigt de Michelle.
Un épisode très complexe à raconter, et pour cela j'aimerais que Marie m'envoie une photo du mousqueton à trucmuch (ou le mousqueton lui même) pour ne plus jamais reproduire ce type d'accident et pour que je rédige un REC pour mes collègues. Heureusement, au final les gelures ne seront pas trop grave, même si tout l'hiver les doigts de Michelle resterons très douloureux. Nous sommes passé à deux doigts de la catastrophe...

Un complément de commentaire de la part de Michelle... "Les gelures n'ont pas été graves, il a fallu environ 4 semaines pour que la nouvelle peau apparaisse et maintenant c'est juste un peu sensible (pression et froid ou chaud), mais ça ne fait pas mal à proprement parler - finalement c'est la descente qui a été la plus douloureuse avec la période de desquamation pendant laquelle j'ai fait attention de ne pas arracher les bouts de peau par inadvertance donc pour résumer, plus de peur que de mal, et pas de mauvais souvenir, juste une bonne expérience pour y porter une attention plus soutenue la prochaine fois (comme pour la corde, Paulo !) et merci aussi à la pharmacie et au Buflomédil, à l'Iffremont et à ses spécialistes Emmanuel Cauchy et Jérôme (nom ?) pour le télé-diagnostic hyper rapide un dimanche soir, sans oublier Corine (du Pokarkang) qui s'est gentiment délestée de quelques comprimés et sachets pour m'assurer une médication pendant la descente. "

©JeanDo
Et voici le fameux mousqueton en question. Un truc absolument à proscrire en Himalaya...

©flo
Petit matin frisquet à Phu. C'est l'heure du départ...


Une photo incompréhensible pour certains et pourtant chargée de sens pour d'autres...
©michelle


Mais puisse-que je vous dis qu'il faut tenir le manche comme ça... C'est Nickel, non ?
©michelle

©michelle

©michelle
Juste un clin d'oeil à nos porteurs d'altitude et au calibrage de leurs sacs... 18 kg jusqu'à 6000 m puis 15 kg max.

©michelle

 

Les autres sommets des environs... pour un peu de carto.

asc
Une vue d'ensemble du massif du Damodar, avec à droite le Chaco et tout au fond à gauche le Dhaulagiri.

asc
Un peu de carto dans le secteur de l'Amotsang, deux vallées plus loin dans le massif du Damodar.©Paulo

Le sommet 1 c'est le Jomsom Himal 6335 m, que nous avons visité à l'automne 2003 avec Hugues De Varax et Yves Exbrayat. ,
Le 2, c'est l'Amotsang lui-même à 6393 m. Il me semble qu'il est toujours vierge.
Et le 3, à 6305 n'a pas de nom et n'a pas été gravi.
Il existe un petit col glaciaire à droite de ce sommet qui permet d'accéder à la haute vallée de la Labse Khola et du Teri La et à notre camp de base du Thansunjuti.

asc
Pas de souci, vous avez reconnu à droite le Chaco 6704 m… ©Paulo

Tout au fond, le sommet n°1 n'est autre que le Khumjungar Himal 6759 m, que nous avons loupé de peu en 2008 avec Paul Vulin.
Le 2, est un sommet Japonais, le Chhib Himal, 6850 m.
Le petit sommet n° 3 est bien sûr le célèbre Saribung Peak, à faire lors de la traversée Mustang Phu.
Le glacier en 4 est justement la porte de sortie de cette traversée exceptionnelle.

asc
Toujours le Chaco, avec une surprenante vallée cachée versant Tibet, qui permet de rejoindre son arête Est.
La bosse en avant plan à 6298 m est aussi un bel itinéraire, avec une fine arête. ©Paulo


©JeanDo
Un projet en suspens... A la fin de l'expé, j'avais prévu de traverser ces sommets, juste en face du Ratna pour rejoindre Phu par le haut.
Next time... car j'avais d'autres chats à fouetter !

©JeanDo

La carte des lieux.
Il s'agit bien sûr de la PHUGAU GHOMION 2884-02 au 1 : 50 000
Et pour le massif du Damodar : DAMODAR HIMAL, 2884-01

map

©Jacques
Une grande matinée pour déjà poser quelques mots sur la partie ascension de notre voyage.
Une autre partie peu visible du travail de Leader d'expédition.
Il nous faut aussi préparer le retour à la maison et la cohabitation durant le trek jusqu'à Kathmandu, avec les blessures et les joies des uns et des autres

©Jacques
A Besisahar, le dernier repas tous ensemble, Népalais et Occidentaux, un instant rare.

©Denis
Notre maison à Kathmandu...


Un petit clin d'oeil à mes partenaires
logo


Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal, les lunettes Adidas

logo

Mais aussi avec Triple Zero pour les duvets, CILAO pour les sacs à dos, les baudriers light.

Et bien sûr, l'IFREMMONT pour son soutien et suivi médical.

logo


©Michelle
A Meta, le Paulochon bien pensif en cette fin de journée...


©Jacques

 

> fermer la fenêtre