Le versant sud du massif du Kanjiroba
Une expédition intimiste
au printemps 2009





> fermer la fenêtre

Les autres pages de ce dossier sur le massif du Kanjiroba...

 

Dernière modification, le 23 août 2009.
retour à la page acceuil du site


Kanjiroba 2009



Une petite équipe bien organisée.
Sonia fait la vaiselle, Chhotemba plie la corde et Izu regarde, les mains dans les poches.



La première partie du trek, à partir de Jumla
Au Dolpo, tout commence par un vol aléatoire et un peu d'angoisse. Cette fois-ci, depuis Nepalganj il n'y a même plus d'avion. Mais, pas de souci, nous volerons de Surket, après un transfert en voiture plutôt épique.
























Talphi est un grand village hindouiste, bien à l’abri dans un repli de terrain et ouvert sur une plaine cultivée.



Le camping à côté de l’école n’était pas vraiment une bonne idée. Nous avons rapidement été submergé par une nuée d’enfants intrusifs et effrontés. La fin d’après-midi fut particulièrement mouvementée.


Nous voici dans la bonne vallée... il suffit maintenant de suivre la rivière.


Le sentier traverse les champs en direction du fond de vallée. Quelques villages occupent encore l’espace qui se réduit de plus en plus, pour ne laisser place qu’a un habitat saisonnier puis à de rares bergeries. La forêt et la rivière occupent toute la vallée et de rares clairières proposent quelques emplacements de camping.

 



Aujourd’hui, l’étape est d’importance. Il faut trouver l’entrée de notre vallée.
Pas de souci, c’est la troisième rivière après le pont. Mais, y aura-t-il seulement un pont ?
Ou même un petit sentier ?
Et comment traverser sur l’autre rive pour remonter jusqu’aux alpages ?




 


Plus de doute, notre nouvelle vallée est bien celle-ci.
Reste à trouver le pont qui traverse la rivière, puis à espérer qu'il y a bien un sentier de l'autre côté.

 

 

 

Au camp de base
Voici le camp de base idéal, dans une petite cuvette d’herbes, protégé des vents et au soleil l’après midi. Par contre, des cathédrales de glace surplombent l’itinéraire d’accès pour les sommets envisagés à gauche du col. Dommage…

 


L'équipe de porteurs et Temba retournent dans la vallée. Les porteurs reviendrons nous récupérer dans une semaine et Temba rejoindra directement Kathmandu pour préparer le Manaslu.


Ambiance relax au camp de base. Une bonne acclimatation passe aussi par la capacité à ne rien faire.
Et notre petite équipe est aussi particulièrement fragile...


Pas de doute, il y a de la place et l'eau est à 2 mn.


Notre col, pour accéder au Sanctuaire du Kanjiroba...

« Voir par-delà le col »…
Jamais cette belle phrase n’a eu autant d’importance pour moi. Jamais ce regard porté de l’autre côté ne m’a autant comblé. Par-delà le col, au loin, j’ai retrouvé le petit sommet que nous avions projeté de gravir à l’automne 2008. Quel bel objectif …


Il nous faut maintenant trouver un passage pour rejoindre le col en installant un petit camp à mi parcours, près d'un lac.




Et voici notre camp d'altitude près d'un petit lac bien visible sur la carte.
Pas la peine d'aller plus haut, progression douce oblige !


Notre petit camp d'altitude, à 5000 m. Agréable et panoramique.


Les sommets que j'avais initialement imaginé gravir, mais les accès sont un peu trop exposés à mon goût.
En automne, tout devrait être plus simple.
Nous irons donc au col puis vers l'autre versant, peut-être vers le Bijora Hiunchuli.



Bon, oû allons-nous allez ?


Tranquille, la môme...


Le sommet juste en face : le Bijora Hiunchuli.
Une page lui est dédiée car c'est LE sommet à faire !!!


Cette expédition avait aussi pour objectif d'assurer une formation technique aux deux alpinistes Népalais qui vont m'accompagner vers le Manaslu au mois prochain. "Bon, comment tu fais pour bloquer tes anneaux ?"


Corde courte, corde longue : les bases de l'alpinisme dans les Alpes.

Les photos du sanctuaire du Kanjiroba.
Qu'il est exceptionnel, "ce regard par delà le col".
Mais, pour revenir en ces lieux, quel itinéraire choisir ?


Et voici le "petit" sommet que nous espérions gravir en 2009 ! Bien sûr, il n'a pas de nom et n'a jamais été gravi.
Une page spéciale est dédiée à ce nouveau sanctuaire... avec d'autres photos.


La carte qui présentait le projet de l'automne 2008. L'itinéraire imaginé pour rentrer à Jumla est faux, par contre le petit sommet convoité était vraiment très pertinent. Pour une prochaine fois, peut être... ?


Quand j'ai expliqué que nous allions descendre en rappel sur un champignon de neige, Chho et Izu ont fait grise mine...
"T'es vraiment certain que ça tient, ce truc ?"


Une petite marche pour le confort, ça va l'faire...


Les derniers conseils et puis vérifier que tout le monde a bien compris.
"Bon, Chho... tu n'oublies pas de récupérer la broche. T'en fais pas, ça va l'faire !!!"


Et voilà. Tout le monde est en bas.
Mission accomplie, nous avons trouvé l'accès au "Sanctuaire du Kanjiroba".
Pour un passage à l'automne, il devrait y avoir plus de neige, ce qui rendra la traversée du col encore plus facile.




Dame Sonia tranquille a surveiller l'eau du thé... le camp est installé. Tout va bien.


Deux jours plus tard, plus vraiment le même monde !


Dans l'après midi, nous partons reconnaître le parcours et profiter du beau temps.

En milieu d’après-midi, la neige s’est invitée, précédée de gros nuages d’orage. La trace vers le sommet est faite et il ne reste plus qu’à attendre le beau temps annoncé pour demain matin.


Mais très vite, le lendemain matin le temps se dégrade. Pourtant nous sommes encore de bonne heure...


Il neige de plus en plus. Il me faudra bientôt décider de faire demi-tour, mais personne n'a vraiment envie de redescendre..


Retour à la maison. Le sommet ne sera pas pour cette année, dommage.


Le lendemain matin, il fait grand beau. Il a juste neigé 30 ou 40 cm de neige...

Il neige tout doucement
 depuis deux jours
nous n’irons pas plus haut


Un réveil en douceur pour ranger les affaires et descendre au camp de base car les porteurs arrivent aujourd'hui. C'est un peu dommage, avec une si belle journée !


Forcement un peu déçu, mais pas trop car l'aventure n'est pas terminée et nous avons plutôt bien vécu cet épisode de mauvais temps. Sans stress ni angoisse.


La montagne a radicalement changée.
Difficile d'imaginer qu'il y avait des alpages et des rochers secs jusqu'au glacier, il y a seulement deux jours



Super, voici le Chho qui arrive du camp de base, pour nous aider à descendre notre camp.


Avec toute cette neige fraîche, le paysage est splendide.


Il est temps d’évacuer les lieux en abandonnant derrière nous l’envie de sommet et le projet de tour de Budi Buda, les belles montagnes juste en face. Demain matin, nous descendrons au camp de base en espérant que les porteurs auront réussi à remonter à temps.
De retour à Talphi, il sera alors temps de construire un nouveau trek de village en village pour découvrir la vallée de Chadhabise et le massif du Sisne Himal.


Est-ce vraiment le même lieu que nous avons quitté il y a deux jours... ?


Malgré la neige, les porteurs sont arrivés le jour prévu et nous descendrons directement dans la foulée au camp de XXX








 

 

 

 

 

 

Dans le lointain de la vallée
Des toits de tôle scintillent
Le progrès ?

 

 

 


Un petit clin d'oeil à mes partenaires
logo


Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal, les lunettes Adidas

logo

logo

Mais aussi avec Triple Zero pour les duvets, CILAO pour les sacs à dos, les baudriers light.

Et bien sûr, l'IFREMMONT pour son soutien et suivi médical.

logo

 

 

 

 

 


> fermer la fenêtre