Le Mustang en Hiver
Un voyage résolument à contre courant,
qui va peut être devenir un grand classique !

Pour les fêtes de fin d'année 2010





> fermer la fenêtre

Retour à la page d'accueil


Dernière mise à jour le 20 janvier 2011



Encore en travaux...


 


Presque toute l'équipe de ce premier Mustang en Hiver de l'agence TIRAWA, au col qui permet de traverser vers le village de Samdzong.
Un grand merci à Marie Josée Messina, Anne Mealhie-Anginot, Jean Pierre Cuminal, Nicolas Erb, François Chaubet,Jean Paul Charpentier et Bishal Rai
pour m'avoir accompagné, encourager, et parfois même supporté.


 

C’est l’hiver au Royaume de Lo...

Mi janvier 2011...
Me voici de retour de ce premier «Mustang en Hiver» et je suis véritablement comblé.
"J’ai retrouvé tout ce que j’aime au Mustang : Rigzum Gonpö, ce désordre géologique unique et la vie qui s’accroche dans les replis de Thétis. Partout et toujours, encore magnifiés par une lumière exceptionnelle et une solitude rare...

Pourtant rien ne c’est passé comme prévu. Les journées étaient d’une douceur inespérée. Le froid de l’hiver ne faisant son apparition qu’avec le couchée du soleil. Le bleu du ciel, d’une pureté insoutenable, distillait une lumière cristalline. Quel plaisir de cheminer dans ces conditions. Sur les chemins du Mustang, il fait grand beau, le ciel est d’une limpidité incroyable. Le calme est total et une douce sérénité nous accompagne. Tout change à la fin du jour. Un froid sidéral tombe des étoiles et nous nous réfugions dans les lodges qui parsèment notre périple. Pas de camping en cette saison, nous dormirons chaque soir sous un toit. Détail surprenant, Il n’y a pas de touriste au Mustang en hiver, et  cette singularité nous comble.
La Kali Gandaki, qui me semblait un fil rouge intéressant, n’était ni gelée ni en basses eaux. Pourtant elle était bien là, toujours aussi présente. Fil ténu qui relie le bas et le haut, depuis la nuit des temps.
Pas un souffle. Le temps s’écoule doucement. La vie c’est arrêtée.
Toute la vie ?
Bien sûr que non ! Seuls les notables se sont réfugiés en des lieux plus cléments. Dans chaque villages, la vie suit son cours immuable, simplement au ralenti. Les travaux des champs sont terminés. Il n’y a plus rien à faire d’urgent.
A Gompa Kang, un groupe d’hommes de Chhusang gravent des mantras sur de grands galets de granit. Sur un toit, Grand Père trie des haricots et à l’abri d’un muret, quelques femmes cardent la laine en papotant. Près du poêle, Grand Mère regarde la vie qui passe en tissant la laine et en sirotant du raksi. A Chele, au premier rayon du soleil, des enfants jouent sous le regard d’un groupe de jeunes.
A Samar, le patron nous raconte la vie du Mustang. L’électricité, les camions le long de la Kali Gandaki, la route qui arrivera bientôt, et l’argent des touristes qui reste toujours bloqué à Kathmandu.
Et nous sommes là, tranquille. Avec ce sentiment rare d’être accueilli avec bienveillance. Les gens ont le temps, pour eux et pour nous.
Trois événements viendront encore confirmer la qualité de ce voyage à contre courant :

1..., un nouvel itinéraire de trois jours au nord de Lo vers le village de Samdzong. C’est la suite du Bhrikuti du printemps 2010. Un itinéraire pour l’instant encore interdit avec, tout en haut, énigmatiques et solitaires, les forts de Kimbu.

2..., la visite de Konchok Ling, une nouvelle grotte avec des fresques, des Mahasiddas de l’époque Pala. C’est l’un des lieux les plus magiques du Mustang et l’accès est déjà un merveilleux voyage plein de surprises. C'est une page spéciale avec des photos inédites sur le Blog du Mustang.

3..., et un cadeau du ciel. Pour rendre notre voyage encore plus exceptionnel, une pointe de blanc vient ponctuer notre fil des jours. Le 31 décembre, il neige à Lo Manthang. Comme pour nous rappeler que l’hiver fait aussi partie du paysage.

Puis, de nouveau, le beau temps s’installe et nous raccompagnera jusqu’à  Kagbeni, la porte du Mustang.
Il est temps de prendre une douche."

Il y a donc de quoi raconter pour ce premier voyage au Mustang. Il y a tellement d’idées reçues à décrypter.
Et je sais déjà que j’y retournais l’année prochaine pour améliorer encore ce voyage.
A bientôt donc !

Moments choisis...

La Kali Gandaki

Les alpages d'Amaka, une grande journée avec Jean Paul... entre Dhi et Lo Manthang.

 

Les forts de Kimbu, entre Samdzong et Niphu
L'itinéraire complet est décrit dans une page spéciale.








Et l'arrivée à Niphu par le haut... pour y rester une nuit de plus


Pour un clin d'oeil à Robert Powell...


Konchok Ling...
Peut être l'endroit le plus spectaculaire du Mustang. Et une page complète lui est dédiée !


Il y a d'abord la gardienne des clefs !


Les fresques des Mahasiddas, bien sûr.



Mais l'émotion débute bien avant la découverte des fresques. A chaques pas, le voyage est de plus en plus extraordinaire.
Le passage de la porte est un moment magique...

"Le passage de cette porte au milieu de nulle part m'a vraiment impressionné ; comme le passage dans un autre monde ....irréel et
mystérieux qui t'attire et te fascine mais t'impressionne aussi. On n'ose pas se retourner quand on revient de peur que tout s'efface
(comme un peu le mythe d'Orphée), comme dans un rêve ; il faut attendre d'avoir repassé la porte dans l'autre sens, de retrouver le monde de la
réalité."




Pour arriver jusqu'à cette main courante improbable.

La neige à Lo Manthang, juste pour la journée du 31 décembre.








Avec l'ACAP du Upper Mustang... ?
Un réveillon avec toute l'équipe et un projet qui avance doucement.Pour aménager un nouveau itinéraire de trek des Lacs du Damodar au village de Samdzong.



Le retour...Grand beau !


Tout est gelé à Lo, et les habitants doivent puiser l'eau à la rivière.




De Samar à Kagbeni par le haut... la découverte d'un village abandonné et d'une forêt incroyable.
Les arbres du Mustang passionnent les botanistes. En savoir plus...


 

Muktinath et Lubrak






 

Et à Kathmandu, le Gokarna Resort pour la première douche de l'année !





 




 

 

> fermer la fenêtre