Entre Samdo et Phu
Le Panbari,
un presque 7000 et d’autres sommets à plus de 6000 m…

Que des "premières" !!!
Automne 2011




> fermer la fenêtre

Retour à la page d'acceuil

 

Dernière mise à jour le 7 février 2011



Notre sommet, avec en avant plan la montée au plateau de l'Hindu Himal.

Au-dessus de Phu, il existe un col, très haut, entre deux montagnes qui ouvre sur un monde inconnu. Un monde de grands glaciers et de hauts sommets que personne ne connaît.
Au-dessus de Phu, entre Himlung et Nemjung, ce passage n’a jamais été traversé et je rêve intensément à ce premier regard « par-delà le col».
Tout là-haut, un large plateau glaciaire donne accès à l’envers de l’Himlung 70126 m, du Nemjung 7140 m, au Nemjung Goth 7092 m, mais également au versant nord du Panbari (6905 m) et vers des 6000 frontaliers avec le Tibet.
Des sommets résolument imprégnées d’exploration et de voyage, pour concrétiser ce plaisir exceptionnel d'être en Himalaya.



Et son autre versant. ©Christian Trommsdorff


Depuis Phu... Toute l'histoire se passe derrière ces montagnes...
©Paulo Grobel

Il pleut en cette fin d’après-midi d’automne. Au coin du feu, des cartes du Népal ont envahies le salon.
Des cartes d’une précision merveilleuse : SAMA, BAGARCHHAP et PHU GOMIO.
L’ordinateur est aussi à portée de clic pour étudier des photos et partir directement sur le terrain en compagnie de Google Earth.
Me voici de nouveau en train de préparer la traversée Samdo Phu, avec un plaisir immense. Car je sais que personne n’a jamais traversé ce grand glacier, ni les cols qui permettent d’y accéder.

D’un clic de souris, me voici sur Google Earth ..., en train d’étudier les différents passages. Et je m’attarde sur le Panbari.
Tiens, tiens, tiens…
Une recherche sur internet, puis dans l’Himalayan Data Base, et enfin un regard plus précis sur les photos du Stroumf.


Une image du col entre Nemjung et Himlung Goth.
Le col en arrière plan est à 6442, il est nettement plus facile !!!
La ligne jaune représente la frontière chinoise, mais elle est mal placée.




Bingo, voici le point de départ d’une nouvelle aventure grobélienne ! Lors de notre passage dans la vallée en cet automne 2010 sur notre route vers les Larkye Peak nous trouverons enfin le versant le plus abordable de la montagne.

J’ai longtemps hésité pour choisir ce sommet et pour rédiger le titre de cette page.
Car 6900 m ce n’est pas 7000, et je sais que cette différence peut être quasi rédhibitoire.
Mais faut-il pour autant renoncer au Panbari ?
Bien sûr que non. Car ce jeu de l’exploration est tellement unique et exceptionnel qu’il transcende cette notion très occidentale (pour ne pas dire égotique) de l’altitude et des définitions que nous avons créées.

  • Que venons-nous chercher lors de l’ascension d’un grand sommet himalayen ?
  • Et que modifie, ces 187 m qui sépare le Nemjung Goth du Panbari ?
  • Le jeu alpinistique vécu sur l’un ou sur l’autre est-il vraiment différent ?

Autant de questions surprenantes, mais pourtant au coeur de notre activité.

Forcément, le Panbari par son arête Ouest sera une première Française.
Et, « la progression continue » sera un formidable atout pour l’ascension du Panbari..

Au Nord, la pyramide de neige à 6767 m est vierge. Plus tard, après avoir réussi nos sommets, j’aimerais faire un aller-retour rapide vers le grand col à 6373 m entre Nemjung et Himlung Goth, pour voir à quoi ressemble la descente sur Phu. Puis rejoindre l’arête Ouest de l’Himlung pour vérifier les passages entrevus sur Google Earth. Car j’ai toujours en tête de terminer un jour cette traversée mythique de Samdo à Phu. Tétu, Djongé Sherpa.

Pour rentrer à la maison, s’il nous reste un jour ou deux, je vous propose de traversée les sommets du Jarkya Himal pour rejoindre le Gya La, un grand col frontalier que nous avons approcher au printemps 2009. Nous aurons ainsi réalisé la première partie de Samdo Phu, du Gya La au Panbari.
Depuis Samdo, la descente sera expéditive… en terminant le tour de Manaslu. A l’envers… L’environnement est superbe, très nature. Imaginez le tour des Annapurna il y a 15 ans, sans route ni lodge !

La traversée vers le Gya La... que des sommets vierges !


Au petit matin, lors de notre ascension du Tulo Larkye. Mes pensées s'envolent vers le début de Samdo Phu.



Une idée du projet :
Le Panbari n’a été gravi qu’une seule fois par une jeune équipe japonaise, par son arête Nord et le grand col à 6442 m, atteint depuis Samdo.
C'était le 29 septembre 2006, par Kato, Gakuto Komiya, Miss Sayaka Koyama, Kenro Nakajima et Yousuke Urabe.
De nouveau, une très belle réussite de ces jeunes alpinistes Japonais.


Une image de l'expé japonaise, avec une vue de profil de l'arête Nord, versant Samdo. ©???
Retrouvez le compte rendu sous la plume de Lindsay Griffin dans une page d' "Alpinist.com"

De notre côté, nous partirons aussi de Samdo, en remontant la même vallée mais en évitant le glacier de Fukang trop compliqué.
Cette première partie est la plus exploratoire. Il nous faudra trouver le meilleur emplacement pour notre camp de base, puis installer un camp de base avancé juste avant la neige.
Plus largement, cette notion de camp de base avancé est peut-être LA solution pour être au bon endroit pour partir vers le sommet en « progression douce »™ tout en proposant à l’équipe de cuisine un cadre de fonctionnement plus confortable et rassurant.
La première partie, la grande pente de l’Hindu Himal est aussi la plus technique, un parcours d’alpinisme classique en neige :
une grande pente pas trop raide et régulière (environ 30/35°), avec très peu de crevasses
un petit col à 5900, qui correspondra peut-être à un de nos camp d’altitude,
une arête surprenante et très esthétique.
Nous voici sur le plateau glaciaire à 6300 m qui conduit au col entre nos sommets. Le paysage devrait être splendide car nous sommes sur un immense glacier entouré de sommets tous plus mystérieux les uns que les autres.
L’itinéraire d’accès du Panbari sera l'arête Nord depuis le grand col 6442. (Il faudra lui trouver/donner un nom un peu plus poétique... Le Panbari La ?). C’est l’emplacement de notre dernier camp d’altitude.
Techniquement, il ne devrait pas y avoir de problème particulier. Il me semble que la cotation devrait être PD en neige.
Le Panbari est un sommet plus abordable que le Baruntse, plus esthétique que la Putha Hiunchuli, moins engagé que l’Himlung…, mais surtout nous y seront seul. Un luxe incroyable !
Bref, c’est un beau sommet adapté à une première expérience de la haute altitude. Son altitude est encore à taille humaine et nous permet d’évoluer avec sérénité.



Notre deuxième sommet, 6767 m... c'est haut !


De beaux moments en perspective, dans un niveau de difficulté abordable.

Date :
Du vendredi 7 octobre au dimanche 6 novembre 2011.
Le week end de préparation est prévu les 23, 24 et 25 juillet 2011

Budget :
Environ 6200 €, à confirmer.

Au fil des jours :

J1 Départ Paris   J17 ASC 5
J2 Arrivée Kathmandu   J18 ASC 6
J3 Kathmandu   J19 ASC 7
J4 départ en bus pour Besisahar + jeep pour Jagat ! trek pour Chyange   J20 ASC 8
J5 Trek pour Tal, Dharapani, Tilge   J21 ASC 9
J6

Trek Suti Khola, Yack Kharka

  J22 ASC 10
J7 Trek pour Bimthang   J23 ASC 11
J8 Trek pour Larkye Phedi   J24 ASC 12, Descente vers le Gya La
J9 Larkye pass, Dharamsala 4400 m   J25 Samdo
J10 Trek pour Saya Khola, 4600 m   J26 Trek Lho, Tam Khola
J11 Trek pour le camp de base.   J27 Philim
J12 Camp de base... installation, repérage   J28 Machhakhola
J13 ASC 1   J29 Arughat
J14 ASC 2   J30 bus pour Kathmandu
J15 ASC 3... ABC 5100 m   J31 Départ Ktm
J16 ASC 4   J32 Arrivée à Paris
  • 6 jours de voyage
  • 13 jours de trek
  • 11 jours sur la montagne
  • 2 jours de repos ou de visite

Niveau des participants :

  • Une bonne condition physique.
  • Une expérience de l'alpinisme est obligatoire à un niveau PD/AD, pour être à l'aise sur des crampons dans des pentes de neige à 40°.
  • Une réelle autonomie en trek et en alpinisme, pour les déplacements en montagne et dans la vie quotidienne.
  • un peu de temps à consacrer à la préparation, car nous sommes en "progression douce"™
  • Une bonne dose de patience, de tolérance et d'humour.
  • Être prêt à vivre un véritable voyage d'exploration, avec un engagement important.

A Samdo...
Il y a aussi toute l'histoire partagée avec les gens de Phu, grâce au dynamisme de Catherine Joriot de l'agence Glaciers Safari Treks et de toute l'équipe de l'association de Samdo Avenir.
Une très belle histoire dont cette expédition fait un peu partie. Car en venant à Samdo nous contribuons à un certain équilibre économique.


Le dernier village de la vallée... un peu rude.


Mais arriverons-nous à travailler ensemble sans prise de tête ?Cela n'avats pas été vraiment simple en 2009 pour la première tentative Samdo Phu.
Ici dans la grande vallée, nous sommes à la recherche d'un camp de base où nous installer. Et les gens de Samdo ont pris le relais de notre équipe de muletiers.


Jean, en route vers Samdo et devant un" Lord of the place", une déité tutélaire.


Un moment privilégié dans la vie de l'école, la cantine du midi.


La famille de Gyaltsen Tharpa.


Le conseil municipal en plein air. Tchang à volonté.

Pour participer à cette expédition... Comment faire partie de l’équipe ?
Une logique de cooptation mutuelle. De la notion de «client à celle de «co-équipier".

Les modalités d’inscription que je souhaite utiliser illustrent la tonalité des expéditions que j’encadre. L’objectif est de se déplacer de la notion de «client» vers celle de «co- équipier» pour construire un groupe solidaire, compétent et dynamique, impliqué dans la réussite du projet.
Mais pas de souci... Il ne s’agit pas pour moi de me soustraire à mes devoirs, obligations et responsabilités, bien au contraire. C’est simplement une autre manière d’aborder le sujet, plus en cohérence avec mes valeurs, la nature de ces projets parfois très complexes, et ma vision des choses.
Toutes la partie administrative : le règlement, l’aérien, les assurances, est assurée par SERAC, une association de tourisme, dont je suis membre, qui regroupe des guides et des accompagnateurs.
C’est donc à elle qu’il faut s’adresser pour une demande d’inscription, via le site internet de SERAC. Attention, n’attendez pas pour faire une demande d’inscription, car mes voyages se remplissent très vite. Si vous avez un souci pour vous engager sur l’instant, parlez en avec Noëlle.

LE PANBARI 6905m entre SAMDO ET PHU : http://www.serac-montagne.com/fiche.php?xid=1538

En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible. Elle regroupe toutes les informations minimales concernant le voyage. Il vous suffit de cliquer sur le lien dans le site de SERAC.
SERAC vous enverra un accusé de réception de cette demande d’inscription et pré réservera votre billet d’avion.

L’acompte demandé sera encaissé, mais il vous sera entièrement remboursé en cas de non validation de votre inscription, de votre part ou de la mienne.

Je vous enverrais une confirmation de votre inscription. Mais la constitution définitive d el'équipe se fait lors du week end de préparation. Cette première rencontre de toute l’équipe est donc fondamentale puisqu’elle est aussi le point de départ de la phase de préparation et de co construction du projet. Son objectif principal est de valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.

Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posées :
soit

  • par mail, (le plus simple),
  • par téléphone fixe 04 76 79 99 68 ou mobile 06 42 90 75 34.
  •  

N’hésitez surtout pas !
Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
Appelez SERAC au 04 76 86 46 84  Noëlle peut également vous répondre. Elle connait parfaitement le domaine des expéditions et Stephanie avec son expérience dans le monde du voyage, pourra vous informer sur votre réservation aérienne , le suivi de votre demande de réservation, entre autre.

@bientôt...



Location... de matériel d'expédition
Voici une proposition de nature à se simplifier la vie pour partir en expé : une page qui explique ce nouveau service de location de matériel spécifique d'expé.

Et bien sûr, un petit clin d'oeil à mes partenaires habituels
logo


Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal, les lunettes Adidas

logo

Mais aussi avec Triple Zero pour les duvets, CILAO pour les sacs à dos, les baudriers light.

Et bien sûr, l'IFREMMONT pour son soutien et suivi médical.

logo

 

Quelques photos et cartes...
Le départ du trek, versant Annapurna, puisque nous allons effectuer le Tour du Manaslu à l'envers. Une page dédiée explique pourquoi c'est beaucoup mieux pour nous.


L'arrivée au col.


Nous voici sur le tour du Manaslu. Nous venons de quittez l'ambiance particulière du tour des Annapurna. La route en construction dont on devine la saignée dans la forêt me désole. Quel dégats prématurés, car il manque un élément indispensable... un pont !


L'arrivée à Tilge, le dernier village de la vallée.





Yack Kharka, un emplacement de camping peu utilisé. Nous sommes dans une grande et belle clairière, peut être au Canada ?


Une frontière naturelle bien marquée. Nous quittons la fôret pour entrer dans l'étage alpin. Bhimtang est juste en face.


... et l'ambiance de Bhimtang, mais au printemps. ©Paulo Grobel


©Paulo Grobel



Notre dernier camp avant de traverser le col. ©Paulo Grobel


En montant au Larkye Pass, l'ensemble de la barrière du Panbari avec plusieurs sommets et un superbe pilier. ©Paulo Grobel



©Paulo Grobel


Le début de la descente vers Samdo. Le lac à moitié gelé correspond à l'emplacement du camp de base des Larkye.
©Paulo Grobel


Le camp de base des Larkye Peak et, juste en face. Un topo est en préparation.
©Paulo Grobel

Pour préparer la recherche de l'emplacement du camp de base et du camp de base avancé.
Les photos ont été prise depuis le Rui La, à l'automne 2010.



Pour conclure...


Pour Christian, un souvenir du Nemjung. ©Paulo Grobel


Une vue très rare du versant Ouest du Panbari,
La photo a été prise par Christian Stromfsdorf à l'automne 2009 durant l'ascension du pilier Sud du Nemjung,
Une superbe réalisation en cordée alpine avec Yannick Grazziani, dans un coin plutôt retiré à partir de Bhimtang.
©Christian Trommsdorff
Et une remarque de Liz... "Oh, ça c'est une belle Vallée Blanche, c'est François qui serait content". Oui, c'est ça...


Une vue plus précise de l'arête qui conduit à l'Himlung. Elle est plutôt large au début. L'enneigement et les crevasses devraient être identiques.
Je serais comblé si nous pouvions aller sur le petit sommet à droite de la photo...
Pour avoir une idée sur un itinéraire alternatif de la traversée à ski Samdo Phu. ©Christian Trommsdorff


Et une dernière image du Panbari. Avec notre arête à gauche...
©Christian Trommsdorff



> fermer la fenêtre