Saipal Himal
le topo du Tiger Top, 6935 m


Automne 2010




> fermer la fenêtre

Retour à la page d'acceuil

D'autres pages sur le même sujet :

Dernière mise à jour le 6 février 2011

Cette page et dédié à Gaston Zoller, alpiniste suisse qui a été deux fois au Saipal, pour sa grande connaissance des lieux
Et c'est aussi un clin d'oeil à l'expédition allemande, qui était avec nous et avec qui cela aurait pu mieux se passer !
Encore en travaux ...


 


Le Saipal depuis le vol vers Simikot. L'expédition va enfin commencer !!!


Une des clefs du Saipal, pour rejoindre Simikot sans trop de problème.


L'ambiance du début du trek. Plutôt tranquille.


Chala, le dernier village. un lieu exceptionnel.


Entre Chala et le camp de base, la montagne e fait plus présente.

La marche d’approche
Il s’agit de rejoindre Simikot, puis le village de Chala et enfin le camp de base. Ce sont trois étapes bien identifiées.

  1. Pour rejoindre Simikot
    - Avion pour Nepalganj à l’aller et au retour, plus bus de Nepalganj à Surket si le vol s’effectue depuis cet aérodrome.
    - Vol Nepalganj ou Surket pour Simikot. Un vol chartérisé peu parfois simplifier les choses !
    Le choix de la compagnie n’est pas anodin, et une bonne gestion du poids des bagages est indispensable. Bref, il faut un peu d’expérience, une bonne agence népalaise avec de bons contacts sur place. Et cela coûte forcément plus cher.
    Pour le retour, tout va beaucoup mieux.
    Il ne reste plus que l’incertitude de la météo à prendre en compte et à intégrer dans le planning de l’expé.

  2. Pour rejoindre Chala
    Le trek est très simple et relativement court. Les sentiers sont confortables et les emplacements de camping agréables.
    Il est simplement nécessaire de prendre son temps pour digérer la première montée en altitude du vol Nepalganj/Simikot.
    Voici les étapes que nous avons réalisées :
    Simikot/Dharapuri, Salli Khola, Puija, Chala, 3900 m (4h30), Purano Base Camp, French Base Camp.
    Il est peut-être judicieux de prévoir une journée de repos à Chala. Pour être encore plus avec les gens et comprendre leur mode de vie et environnement. Cette journée peut également servir de journée tampon en cas de retard aérien.
    A la descente :
    French Base Camp/ Mulabari (du bas) 3650m, Chala, Kermi Les Bains… trop top !, Dharapuri (au-dessus), Simikot

  3. Pour le camp de base
    Il existe deux emplacements relativement proches. Le « German Base Camp » et le « French Base Camp, 4260 m ». Avec deux ambiances très différentes.
    Voici les coordonnées du French Camp par Roland Leners :
    Altitude : 4276 m. Latitude N : 29,96523. Longitude E : 81,48896
    Depuis Chala, il faut compter deux jours.
    - La première est plutôt courte, une demi-journée, jusqu’à l’un des hameaux de culture des navets, Mulabari.
    - La deuxième est une vraie journée, avec deux sentiers possibles : Le long de la rivière, plus court et moins confortable. En balcon, plus long avec des montées et des descentes. C’est aussi le sentier des yacks.
    Par contre, le salaire des Yackmen est calculé sur une base de 3 étapes.
    Les mules de Simikot ne vont (normalement) pas au-delà de Chala. Il y a obligation d’employer les villageois avec leurs animaux de bats (yacks, zopioks ou chevaux).
    À l’avenir, le sentier ne devrait pas poser de problème si le sommet devient régulièrement fréquenté. Les habitants de Chala auront aussi l’habitude de ce type de travail.


L'arrivée à Chala.



La première partie de l'itinéraire.
Le premier point rouge, tout au Nord, représente le premier camp de base, "Purano Base Camp".
A ne surtout pas utiliser !

Du camp de base 4260 m, au camp de base avancé 4800 m :
Du French Base Camp, longer les moraines de la rive gauche, puis monter progressivement jusqu’au front du glacier.
Une pente raide d’éboulis conduit au plat du glacier recouvert de pierre. Par un terrain large et  facile traverser l’ensemble du glacier pour rejoindre sa rive droite. La remonter par des cordons morainiques (petits sentiers et cairns). Ce glacier noir deviens plus chaotique avec quelques grosses crevasses, revenir alors un peu au centre, puis continuer jusqu’au fond du cirque où des emplacements plus ou moins plats permettent d’installer des tentes . Terrain rocheux peu confortable, mais cadre grandiose sans problème objectif, même par chute de neige importante.
Il n’y a pas besoin de matériel spécifique. Nous avons utilisé nos chaussures de trek ou nos baskets. En 2010, le salaire journalier de portage par des habitants de Chala a été négocié à 1500 roupies/jour pour une charge de 20 kg.
Coordonnées de l’ABC par Roland Leners :
Altitude : 4865 m. Latitude N : 29,92545. Longitude E : 81,48209


Les villageois de Chala avec leurs yacks.



Au sommet du premier passage un peu compliqué du glacier. La suite sera beaucoup plus facile.


Une ambiance très haute montagne.

De l’ABC 4800 m, au Red Roc Camp 5400 m :
Presque en face du camp, une pente d’éboulis permet de contourner le virage plus crevassé du glacier. Remonter un vague couloir, neige ou éboulis, pour rejoindre le haut de la pente.
Puis deux solutions :
- Monter jusqu’à la banquette morainique et au virage, rester à niveau et par une traversée descendante, à flan de moraine (petite sente), regagner le plat du glacier.
- Ne pas monter jusqu’en haut mais au redescendre directement sur le glacier et longer le bord jusqu’à la jonction de l’itinéraire précédent.
Changer de rive.
Un camp est possible sur le plat du glacier (Jonction Camp), nous l’avons utilisé pour faire un dépôt de matériel.
Remonter une pente d’éboulis (ou de neige) qui permet d’atteindre le glacier issu de la combe entre le Chala Peak et le Rani Himal.Une longue traversée à flan permet de prendre pied sur le glacier. Une courte montée et le glacier devient plat. Changer de rive et repérer une strate de rocher rouge qui descend dans la paroi. Juste à son pied, un emplacement permet d’installer Red Roc Camp, 5400 m.
Coordonnées de Red Roc Camp par Roland Leners :
Altitude : 5430 m. Latitude N : 29,92713. Longitude E : 81,50322


La cordée des Népalais, Bikram, Kishor et Lakpa.


Au débouché du plateau glaciaire, la bande de rocher rouge.


Et juste au pied, une tente est déjà installée à Red Roc Camp.



Les croix rouges marquent les camps que nous avons utilisés, les ronds... d'autres camps possibles.

 

De Red Roc Camp 5400 m, à Shadow Camp 5700 m :
Par des pentes douces et peu crevassés, remonter la combe du glacier jusqu’au plateau supérieur. C’est «Liz Camp», un emplacement idéal pour gravir le Chala Peak, le Liz Himal ou le Saipal. Traverser à droite jusqu’à la base d’une pente de neige, 200 m à 30/35°. La remonter jusqu’à un petit replat de l’arête Ouest du Rani Himal. C’est Shadow Camp, 5700 m… « le camp de l’ombre », car le soleil n’y arrive pas avant 10 h du matin !
Coordonnées de Shadow Camp par Roland Leners :
Altitude : 5770 m. Latitude N : 29,91955. Longitude E : 81,50816

 


Depuis Red Roc Camp, le sommet du Rani Himal.


La montée finale à shadow Camp. Au loin à droite, le sommet principal du Saipal. Au centre de l'image, le Tiger Top.


De Shadow Camp 5700 m à Rani Camp 6400 m :
Il s’agit de remonter l’arête Ouest du Rani Himal. Soit le plus directement possible par l’arête, soit par son flanc droit. C’est ce que nous avons fait en 2010, à cause d’un vent très violent.


Voici la partie la plus technique de l'itinéraire qui peut bien sûr se faire sans corde fixe.



Kishor et Fred.



Le début est un peu raide mais sans plus...


Une vue plongeante !!!


La fin des cordes fixes.
Nous débouchons sur l'arête à proximité du sommet du Rani Himal. La suite se fera en cordée alpine, environ 1/2 h sur une fine arête.

 


En pointillé, l'arête à Kishor ! Un très beau parcours panoramique.


La petite pointe du Rani Himal. Un très bel objectif.


L'arête à Kishor et au loin la Gurla Mandata, au Tibet.

 

De Rani Camp 6400 m à l’antécime du Saipal, Tiger Top 6935 m :
Nous voici dans la partie la plus esthétique de l’ascension, avec une grande arête jusqu’au sommet. Pour la suite du parcours, il faut choisir la meilleure stratégie en fonction du temps météo (et surtout le vent), du temps disponible et des compétences des alpinistes.
Trois solutions sont possibles :

  • Partir de Rani Camp directement pour le sommet.
  • Installer Rani Camp un peu plus haut, peut-être 1 ou 2 h de plus. Ou faire un camp supplémentaire, au col avant « l’arête effilée », c’est un jour de plus et des efforts de montage et démontage…
  • Faire un vrai camp supplémentaire plus haut, juste avant le sommet de Tiger Top, sur un replat en versant Est.

En 2010, nous avions choisi la 1ère solution, il nous restait seulement une journée pour aller au sommet. Mais l’ascension du sommet principal était un peu trop longue et nous nous sommes arrêtés à l’antécime, au sommet du Tiger Top.
La 3ème solution est certainement la meilleure pour le découpage de la distance et de l’effort. Mais elle oblige de traverser «l’arête effilée» avec tout le matériel de camping. C’est simple si des cordes fixes sont posées, mais beaucoup plus complexe sans ! C’est surtout un réel effort qu’il faudra assumer à la descente.


Du Rani Camp à 6400 m, toute l'arête jusqu'au sommet du Saipal.


Le début du parcours au départ du camp. On voit bien la petite arête à Kishor, et le sommet du Rani Himal.


"L'arête effilée", c'est la partie la plus exposée de l'ascension.

 


la suite ne pose pas de problème jusqu'au sommet du Tiger Top.


Une progression très simple et particulièrement agréable.


Fredéric Jung déjà bien haut. Les pentes restent toujours un peu exposées.


Depuis le sommet de Tiger Top, la suite de l'itinéraire jusqu'au sommet du Saipal.

 

Difficulté :
L’ascension du Tiger Top peut être côtée V/AD en neige (cotation Himalaya), sans danger objectif et avec un parcours d’arête très panoramique.

De l’usage des cordes…
Nous avons évolué encordé de Red Roc Camp à Shadow Camp.
La première partie de l’arête du Rani Himal est une pente de neige plutôt simple. Puis nous avons installé des cordes fixes de Shadow camp jusqu’à l’arête du Rani Himal. Ces cordes ont été plus utilisées comme « main courante » à la montée, avec simplement une longe. A la descente, avec un descendeur au début, puis simplement à la main. La suite de l’arête jusqu’au Rani Camp à été parcouru avec un encordement long (20/30 m).
Depuis Rani Camp jusqu’au début de « l’arête effilée », nous avons progressé encordé. Puis, pour l’arête : soit sans corde, soit en cordée de deux. Quand l’arête devient plus large et facile, nous avons enlevé la corde en marchant ensemble.
Il me semble difficile d’équiper « l’arête effilée » avec des cordes fixes. Ce qui veut dire que les alpinistes doivent être à l’aise, sans corde ou en cordée de deux, dans des pentes de neige à 30/35° très exposées !!!


Peut-être l'une des plus belles photos du Saipal.

Vous pouvez compléter ce topo ou y ajouter des commentaires, simplement en m’envoyant un mail.
Toutes vos remarques ou suggestions sont les bienvenues. Merci d’avance.
Paulo Grobel, janvier 2010

 


Un extrait de la carte Nepa Maps "Kailas, Manasarovar" au 1:200 000



Pour mieux connaître la montagne...
Une lecture assidue de la base de donnée « The Himalayan Data Base » crée par Richard Salisbury d’après les archives de Miss Elizabeth Hawley permet d’avoir quelques repères :

  • Il y a eu au total une dizaines d'expéditions au Saipal.
  • La première expédition à s’intéresser à ce sommet est une expédition Autrichienne, dirigé par le Dr Rudolf Jonas en avril 1954, en venant de Chainpur.
  • La première ascension a été réalisé le 21 octobre 1964 par Katsutoshi Hirabayashi et Pasang Phutar par l'arête Sud.
  • En automne 1986, une équipe d'espagnols et un Français réalise une série d'ascensions sur le sommet dont une traversée, montée par la face Sud-Ouest et descente par l'arête Ouest
  • La première Française a été réalisé par Serge Benoît le 22/10/1986.


http://www.gstreksnepal.com
cette expédition a été réalisée à l'automne 2010, par l'agence Népalaise Glacier Safari Trek.
Avec tous mes remerciements à Catherine Joriot, Druba KC et Alexandre Ulkacar.

Et bien sûr...


 

 

 

Un petit clin d'oeil à mes partenaires
logo


Et les liens qui vont bien : Salewa, Asolo, Petzl, Beal, les lunettes Adidas

logo

Mais aussi avec Triple Zero pour les duvets, CILAO pour les sacs à dos, les baudriers light.

Et bien sûr, l'IFREMMONT pour son soutien et suivi médical.

logo


Kermi les bains, première douche chaude depuis bien longtemps.

D'autres sommets
Et en particulier...


"A nice small one..." comme dirait Lindsay Griffin... Lors de la descente vers Chala, c'est le sommet en rouge de la carte à 5696 m, le sommet en bleu est celui marqué P sur la photo avec Bikram à 5638 m.
Des idées intéressantes pour une petite expédition sans prétention...
A l'arr!ère plan on devine à droite le massif du Kanjiroba, puis le massif du Gorak Himal et le massif du Changla Himal. Que des sommets inconnus !


 


La flèche du haut indique le sentier d'accès depuis Chala. Peut être trois journées pour traverser le Col de Sakya et rejoindre le camp de base.
Celle du bas, indique un accès en venant directement de Simikot et en contournant le massif du Chhote Lek par le Sud.

Il y a aussi le Liz Himal.
bjoips

Le Rani Himal.
j^^â

Et le Chala Peak ou Kerangtse
noâebn .


La carte de Richard Salisbury pour l'Himalayan Data Base.


 

> fermer la fenêtre